Sur l’écran de l’ordinateur, Anne Mellano et Raphael Gindrat sont là. L’une en direct depuis Morges, l’autre depuis Genève, en visioconférence. «On n’a pas une très bonne nouvelle à vous annoncer», lance rapidement Anne Mellano, d’une voix émue. «Bestmile, c’est fini. Nous avons lancé une procédure de licenciement collectif il y a deux semaines et venons de déposer le bilan.»