commerce

Exportations horlogères: hausse de 12,9% en février

Les montres suisses se sont particulièrement bien exportées en février. Depuis dix mois, la vente ne fait que progresser et ce, tous segments de prix confondus, indique la branche deux jours avant l'ouverture de Basel World

L'horlogerie suisse se vend toujours aussi bien à l'étranger. Le secteur a exporté pour 1,7 milliard de francs en février, soit 12,9% de plus que pour la même période de l'an dernier.

«La forte hausse affichée en janvier (ndlr: +12,6% à 1,6 milliard) a été confirmée - et même dépassée - en février», a écrit mardi la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) dans son commentaire mensuel.

Les montres helvétiques ont fait un tabac sur leurs deux principaux débouchés, à Hong Kong et aux Etats-Unis, avec des hausses respectives de 35,7 et 26,3% par rapport à février 2017. Cela faisait six ans que ces deux marchés n'avaient pas connu une si forte progression mensuelle, a noté la FH.

Lire aussi: L’horlogerie suisse a retrouvé la santé

Si le dynamisme hongkongais ne se dément pas depuis plusieurs mois, les Etats-Unis ont renoué en février avec la croissance après plus de deux ans de recul. Le pays de l'Oncle Sam a importé pour 186,7 millions de francs le mois dernier: c'est moins que Hong Kong (255,2 millions), mais à nouveau plus que la Chine (131 millions), qui l'avait dépassé en janvier.

Si de nombreux pays asiatiques se sont rués sur les montres suisses en février (+21,7% pour la Chine, +7,1% pour le Japon), les Européens ont été globalement plus frileux, surtout au Royaume-Uni (-16,8%), en Espagne (-14,2%) et en Italie (-13%).

Croissance tous azimuts

Par segments de prix, tous les types de montres se sont mieux exportés le mois dernier. L'augmentation a été particulièrement notable pour les garde-temps de 500 et 3000 francs, dont la valeur a bondi de 19,3% par rapport à février 2017.

Les exportations de montres de plus de 3000 francs se sont situées dans la moyenne (+12,9%), tandis que la hausse a été plus modérée pour celles de moins de 200 francs (+7,8%). Cette croissance n'en reste pas moins réjouissante pour ce type de produits, sachant qu'elle intervient «après plus d'une année de baisse marquée», a commenté la FH.

Lire également: La Chine devient la deuxième destination des montres suisses

Les principaux groupes de matières ont, eux aussi, progressé en février. Qu'elles soient en métal précieux (+14%), en acier (+12,8%) ou bimétallique (+12,3%), les montres suisses ont toutes vu leurs exportations prendre de la valeur le mois dernier.

Cela fait désormais dix mois consécutifs que les exportations horlogères suisses gagnent du terrain. D'abord modestes, les hausses ont été importantes durant les deux premiers mois de 2018. De quoi, pourquoi pas, espérer battre le record de 2014, lorsque le secteur avait exporté pour 22,2 milliards de francs.

Lire l'interview de Jean-Christophe Babin: Jean-Christophe Babin: «Le franc fort a été positif pour Bulgari»

Publicité