Les exportations horlogères suisses ont encore progressé en juillet, atteignant leur plus haut niveau mensuel après le record d’octobre 2014, a annoncé jeudi la Fédération de l'industrie horlogère suisse. Avec une croissance de 8,3% par rapport à juillet 2021, leur valeur s’est établie à 2,2 milliards de francs suisses (près de 2,3 milliards d’euros), selon les statistiques mensuelles de la Fédération.

Lire aussi: Ventes aux enchères record: les montres séduisent les investisseurs

Les Etats-Unis, premier marché d’exportation pour les horlogers suisses, ont confirmé le ralentissement de la croissance entamé en juin, tout en maintenant une dynamique très soutenue (+13,5%). A la suite à la levée des principales mesures anti-covid, la Chine (+18,4%), deuxième marché pour les montres suisses, a retrouvé le chemin de la croissance en juillet, après un deuxième trimestre au ralenti (-43,3%).

Troisième grand débouché pour les horlogers suisses, Hongkong (-11,9%) n'a en revanche pas connu d’amélioration en juillet, au contraire. Illustrant les contrastes qui subsistent sur les marchés asiatiques, Singapour (+29,1%) s’est inscrit en forte hausse, alors que le Japon (-1,4%) a subi un coup de frein, que la Fédération de l'industrie horlogère suisse juge «sans doute temporaire».

Une forte reprise

En Europe, les exportations horlogères suisses ont augmenté de 8% par rapport au mois de juillet de l’an passé, les principaux débouchés affichant une progression supérieure à la moyenne: de +11,8% vers le Royaume-Uni, +11,5% vers la France, +12,6% vers l’Allemagne et +31,3% vers l’Italie, des marchés où la demande dépend en partie de la manne touristique.

Lire également: Swatch freiné par la Chine au premier semestre

Au premier semestre, les exportations de montres suisses ont progressé de 11,9% sur un an. Déjà l’an passé, l’horlogerie suisse avait connu une très forte reprise grâce au vif rebond du luxe. Les exportations de montres avaient rebondi de 31,2% à près de 22,3 milliards de francs, surpassant leur niveau d’avant-pandémie mais aussi leur précédent record historique de 2014.

Si le redémarrage avait été amorcé aux Etats-Unis avant de s’étendre à Singapour et aux pays du Golfe, les grands marchés historiques où les touristes ont l’habitude de faire leurs achats de produits de luxe, comme Hongkong, le Royaume-Uni ou la France, étaient restés à la traîne.