Ce n’est pas une surprise. Les exportations horlogères ont renoué avec la croissance en mars, enregistrant une hausse de 37,2% à 1,9 milliard de francs, en comparaison annuelle. Une évolution attendue par la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH), qui rappelle jeudi dans son communiqué que la mise en place d’un confinement généralisé dès le mois de mars 2020 avait provoqué une baisse des envois vers l’étranger de 21,7%. En découle «une base de comparaison faible». Sur le premier trimestre, la croissance s’affiche à 6,6% sur un an.

Il ne s’agit toutefois pas de minimiser cette progression, qui permet à la branche de dépasser son niveau de mars 2019 (+7,4%), un mois qui avait connu «une légère accélération». Le bilan reste en revanche négatif en comparaison trimestrielle sur deux ans (-1,3%). «Parmi les 30 principaux débouchés des exportations horlogères suisses en mars, seul le Japon a affiché une baisse (-11,1%)», précise la FH.

Lire aussi notre analyse: Horlogerie: gare à l’excès d’optimisme

Pas encore de retour à la normale

La Chine reste le principal moteur de l’industrie. Elle voit ses ventes doubler par rapport à mars 2020, et «se situe également largement au-dessus de son niveau de 2019» (+121,5%). Les Etats-Unis et Singapour font également mieux qu’il y a deux ans, tandis qu’Hongkong, les Emirats arabes unis et l’ensemble de l’Europe «restent en dessous de ce niveau de référence».

Les montres en acier et en métaux précieux ont généré plus de 80% de la croissance en valeur, témoignant encore une fois de la polarisation entre l’entrée de gamme et le haut de gamme. Les volumes ont quant à eux enregistré leur première hausse depuis trente mois, à 1,2 million de pièces (+33,7%), mais restent inférieurs d’un quart à ceux de mars 2019. La fédération évoquait alors «un résultat très négatif».

Lire également: Le patrimoine horloger voyage sans se perdre

Compensation partielle

En conclusion, la faîtière indique que, selon les marchés, «une forte progression ne signifie pas encore un retour à la normale, mais uniquement la compensation partielle des baisses importantes subies l’année passée», et que ce phénomène devrait s’accentuer ces prochains mois.

Toutes branches confondues, les exportations suisses ont augmenté de 4,8% au premier trimestre, à 58,11 milliards de francs, selon les données publiées jeudi par l'Administration fédérale des douanes. L'industrie chimique et pharmaceutique a contribué à plus de la moitié de cette hausse.