Au regard de 2015, les exportations ont augmenté de 3,8% à 210,7 milliards de francs, a indiqué jeudi l'Administration fédérale des douanes (AFD). En termes réels, soit compte tenu d'une inflation négative, elles ont cependant fléchi de 0,8%.

Historique, la performance reflète pour l'essentiel le renchérissement des produits de l'industrie pharmaceutique, le premier secteur exportateur helvétique. En revanche, les numéros deux et trois de l'exportation, les machines et l'électronique, ainsi que l'horlogerie, dont les livraisons ont stagné et reculé, respectivement, n'ont pas participé à la fête.

Les exportations se sont dans l'ensemble renforcées de trimestre en trimestre, avant de se replier durant les trois derniers mois de l'année. Quant aux importations, elles ont augmenté de 4,1% à 173,2 milliards de francs, un niveau inférieur de 13,7 milliards à leur sommet atteint en 2008. En termes réels, elles ont progressé de 1,2%.

Les exportations horlogères ont reculé de 9,9% 

Les exportations horlogères suisses ont reculé de 9,9% sur l'ensemble de 2016 pour une somme totale de 19,4 milliards de francs. En décembre, la branche a poursuivi son redressement. La baisse ne s'est montée qu'à 4,6%. Le creux de la vague semble passé.

«L'environnement auquel l'horlogerie suisse a été confrontée est resté difficile tout au long de l'année 2016, a indiqué jeudi la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) dans un communiqué. La demande en biens personnels de luxe s'est réduite, particulièrement pour les produits les plus chers».

Selon la FH, «la force du franc, la baisse du tourisme en Europe et les mesures prises par le gouvernement chinois ont également pesé dans la balance». Avec une somme de 19,4 milliards, les exportations sont revenues au niveau de 2011. La branche a vu fondre la croissance de 15% réalisée entre 2011 et 2014.

Décembre moins mauvais

L'Asie, particulièrement influencée par l'évolution de son premier marché, Hong Kong (-25,1%), a enregistré la plus forte contraction. Les Etats-Unis sont en recul de 9,1%. Le 5e marché, le Royaume-Uni progresse de 3,7%, grâce à un effet Brexit qui a dopé les ventes.

Sur le seul mois décembre, la branche a poursuivi son «redressement». Le recul n'est plus que de 4,6%. Pour les montres-bracelets, la baisse atteint 5,1%, les autres produits sont en progression de 5,5%. Bonne nouvelle: les volumes totaux des montres-bracelets ont enregistré une légère hausse (+0,6%), la première en 18 mois.

Lire aussi: Exportations horlogères: ce qu’il faut retenir de 2016