Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le commerce en ligne provoque un bond des retours de marchandises à l'étranger.
© Steffen Schmidt/Keystone

L’histoire

Les exportations de textile s’envolent, grâce à Zalando

Les envois à l’étranger de vêtements et de chaussures ont bondi de près de 16% au premier trimestre. Un boom qui carbure à l’insatisfaction

La Suisse serait-elle devenue un pays exportateur de textiles et de chaussures? Les envois à l’étranger de ces produits ont atteint 962 millions de francs au premier trimestre, un chiffre en hausse de près de 16% par rapport à la même période de 2016. Ce dynamisme est doublement étonnant. L’ensemble des exportations ont augmenté de 2,4% en termes réels sur la même période et la hausse du textile dépasse celle de la pharma (+8,5%), l’inoxydable fer de lance des exportations helvétiques.

Alors que se cache derrière ces 130 millions de francs supplémentaires de vêtements et chaussures exportées depuis la Suisse l’an dernier? Ce n’est pas la naissance d’une industrie textile à croix blanche, en tout cas. La véritable raison derrière ce boom: l’insatisfaction.

Retours de marchandises

Ces exportations sont en réalité des retours de marchandises achetées en ligne, explique l’administration fiscale des contributions. Près de la moitié des t-shirts, jeans ou mocassins exportés entre janvier et fin mars n’étaient simplement pas au goût ou à la taille de leurs acquéreurs suisses.

Ces chiffres s’expliquent aussi par le fait que les frais de transport sont parfois offerts par les spécialistes de la vente en ligne. A la fois pour l’acquisition des produits et pour leur retour. C’est le cas de l’allemand Zalando, l’un des leaders du commerce électronique en Suisse, qui a atteint une hausse de 17% de son chiffre d’affaires pour la région Allemagne – Autriche – Suisse au premier trimestre, précise Bloomberg.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)