Le fabricant de caméras GoPro pourrait concevoir des drones

Technologie L’action de la société américaine a triplé depuis juin

Rien ne résiste actuellement à Nick Woodman . Depuis quelques mois, le directeur de GoPro accumule les succès, au point désormais de prétendre à un nouveau marché: celui des drones. Le fabricant de caméras d’action vient d’afficher ses premiers bénéfices, alors que son action, cotée en bourse depuis juin, a triplé de valeur ­depuis.

Désormais à la tête d’une fortune personnelle dépassant les 4 milliards de dollars, Nick Woodman envisage de s’attaquer au marché des drones. Sa société pourrait commercialiser fin 2015 des petits hélicoptères multirotors équipés de caméras haute définition. Le prix unitaire sera compris entre 500 et 1000 dollars, selon le Wall Street Journal qui a révélé l’information cette semaine. La société fabrique déjà des caméras qui sont utilisées dans des drones d’autres sociétés.

Avec ses propres drones, GoPro sortirait ainsi d’un marché de base qu’il a en grande partie contribué à créer pour rencontrer, sur celui des drones, des acteurs déjà établis. Il y a d’abord le français Parrot, qui avait racheté la société suisse Sensefly en 2012. Parrot commercialise ces jours un nouveau drone équipé d’une caméra et couplé à une télécommande dotée d’un grand écran tactile, pour 899 francs. De son côté, le chinois DJI est déjà sur le marché avec un drone, le modèle Inspire 1, capable de filmer en ultra-haute définition (4K) via une caméra 360 degrés. Le drone, qui peut voler jusqu’à 80 km/h, coûte 2850 euros.

Premiers bénéfices

Avant de se frotter à ses deux concurrents, GoPro va poursuivre son expansion sur le marché des caméras d’action.

La société basée en Californie a récemment lancé des modèles d’entrée de gamme, dont la caméra Hero, commercialisée pour 129 dollars. Déficitaire, il y a peu, la société a affiché pour la première fois des bénéfices lors du troisième trimestre: 14,6 millions de dollars alors que GoPro affichait un an auparavant une perte de 1,1 million de dollars. En parallèle, le chiffre d’affaires a progressé de 46% pour s’établir à 280 millions de dollars au troisième trimestre.

De tels chiffres ont permis à l’action de poursuivre une croissance soutenue. Fin juin, le titre était pour la première fois proposé à Wall Street pour 24 dollars. Ce vendredi, l’action ouvrait à 79 dollars. Ce qui a particulièrement surpris les analystes, c’est le fait que le cours de l’action soit totalement insensible aux ventes de titres réalisées ces derniers jours, tant par Nick Woodman que d’autres membres de la société. Au total, le fondateur et directeur a vendu 4,08 millions d’actions valant quelque 332 millions de dollars. En comptant les ventes de titres réalisées par ses collègues, la valeur totale a atteint 844 millions de dollars. Sans effet sur le cours.

De nouveaux concurrents?

Ces derniers jours, plusieurs analystes s’interrogeaient sur le futur du titre. GoPro ne fabriquant lui-même pas ses caméras, mais se contentant d’assembler des composants achetés à des tiers, il serait facile pour un autre acteur d’entrer rapidement sur le marché. Le nom d’Apple, mais surtout de Google, est évoqué. Ce dernier, qui possède YouTube, serait très bien placé. Car une grande part des vidéos prises par des GoPro est mise en ligne sur YouTube.