Textile

Le fabricant de vêtements de ski Mover innove dans les matériaux

La société lausannoise de cinq personnes mise sur une collection sans fibre synthétique

Unique designer et fabriquant en Suisse romande à créer et distribuer des vêtements de ski, la société lausannoise Mover se dévoile. Traditionnellement discrète, l’entreprise a ouvert ses portes pour présenter ses dernières créations. Et surtout dévoiler une innovation technologique liée à ses matériaux.

Dans son loft lausannois, à la rue de Genève, parkas de ville et vestes de ski sont exposées. Des couleurs naturelles et des lignes sobres. Du haut de gamme avec des prix qui avoisinent les 1000 francs la pièce.

Évoluant dans un marché saturé qui présente chaque année des innovations en matière de textile, Mover propose une collection de vêtements de ski sans fibres synthétiques mais uniquement à base de matières naturelles. Dirigée et détenue par Nicolas Rochat, cette PME a fait le choix de ne plus prendre de licence sur le Gore-Tex, un tissu fabriqué à partir d’un polymère et breveté par la société WL Gore and Associates, réputé pour son imperméabilité.

Chez Mover, les vestes n’ont plus de membranes plastiques mais sont dotées d’une gabardine 100% coton dont les mailles sont suffisamment serrées pour les rendre étanches. Dans son bureau lausannois, Nicolas Rochat en fait la démonstration en passant le tissu sous le robinet. Celui-ci reste totalement sec. Puis, il le colle contre la bouche pour prouver de sa capacité respirante. «On cherche à obtenir la meilleure respirabilité du vêtement et empêcher que le corps n’entre en sudation», explique-t-il. Mover a également développé une ouatine isolante en laine d’alpagas du Valais. Celle-ci offre une alternative aux fibres polyester ou aux duvets industriels.

Créée par deux frères en Suède en 1982 puis rachetée par Peak Performance, Mover a finalement a été reprise en 2004 par Nicolas Rochat. «Je ne connaissais rien aux vêtements de ski», explique-t-il. Il déplace cette marque en Suisse et y reconstitue une équipe. Actuellement cinq personnes travaillent pour l’entreprise.

Nicolas Rochat a également rapatrié la production de Chine en Europe. La société produit désormais depuis le Portugal et la Lituanie. «Cela coûte trois fois moins cher de produire en Chine et la qualité y est très bonne. Mais si on prend en compte les taxes et les frais de déplacements, ce n’est pas forcément plus avantageux. Pour une petite société comme la nôtre qui produit des vêtements techniques, c’est plus adapté de se tourner vers des fabricants européens qui comprennent tout de suite nos besoins.»

Face à la cherté du franc suisse par rapport à l’euro, Mover a décidé d’abaisser ses prix sur le marché suisse de 8 à 10%. Mais comment la société romande, qui ne possède qu’une seule boutique en nom propre à Verbier, parvient-elle à se faire une place parmi le foisonnement de marques de vêtements de ski qui surfent aussi – pour certaines – sur la vague du naturelle? «Nous misons sur la qualité», dit Nicolas Rochat qui, chaque année, se rend à l’Ispo à Munich, la plus grosse foire mondiale en matière d’articles de sport. «Des agents prospectent le marché et nous faisons connaître notre marque via les réseaux sociaux», ajoute-t-il. L’entreprise lausannoise qui commercialise ses vêtements dans toute l’Europe, au Canada et au Japon, ne dévoile toutefois aucun chiffre sur la marche de ses affaires.

Publicité