Comment l'Europe vit-elle les Etats-Unis de Donald Trump? Alors qu'une élection majeure se déroulera le 3 novembre, nous consacrons une série d’articles à cette Amérique qui fascine toujours, qui trouble ou qui dérange.

Retrouvez au fur et à mesure les articles de cette collection

Jusqu’à présent, tout était clair. Face aux pratiques anti-concurrentielles des géants de la technologie, les Etats-Unis et l’Union européenne adoptaient des positions diamétralement opposées. Washington affichait un laxisme absolu, sans régulation ni tentative de contrôle de ses champions. En face, Bruxelles multipliait enquêtes et amendes se chiffrant en milliards d’euros.

Mais de l’autre côté de l’Atlantique, la situation évolue. Et elle n’est pas à l’avantage de Google, Facebook, Amazon ou Apple. Depuis plusieurs mois, les appels à réguler ces géants de la tech se succèdent. Il y a eu bien sûr la volonté affichée par Elizabeth Warren, candidate à l’investiture démocrate pour la présidentielle, de démanteler ces empires. Mais il y a aussi et surtout la mise en marche de la justice. Des dizaines de procureurs d’Etat se sont associés pour des enquêtes contre Google et Facebook, accusés notamment de pratiques anti-concurrentielles.