Une paralysie du réseau ferroviaire, une attaque contre des barrages ou encore une désactivation du réseau électrique suisses. A priori issus d’un film de science-fiction, ces scénarios sont étudiés de près par les autorités, mais aussi par les exploitants privés d’infrastructures critiques. Organisée de lundi à mercredi à l’EPFL, la Conférence internationale sur la sécurité des infrastructures d’information critiques (CRITIS) montre l’ampleur de la tâche, dans un contexte marqué par le récent piratage massif de la commune de Rolle (VD).