Pour un épargnant, il s’agit moins de savoir «Comment vais-je gagner de l’argent?», mais «Comment puis-je ne pas en perdre?», prévient d’emblée Catherine Reichlin. Dans un contexte de taux d’intérêt négatifs dont personne ne voit encore la fin, l’approche a changé: «Pendant longtemps, ne pas prendre de risque signifiait garder du cash et compter sur un rendement minimum de zéro. Désormais, ce rendement peut atteindre -0,75%», souligne la responsable de la recherche financière de la banque Mirabaud.