Technologie

Face au Congrès américain, Mark Zuckerberg «sera dans une pièce de théâtre»

Le cofondateur et directeur de Facebook s’expliquera à Washington le 11 avril. Avant lui, les directeurs d’Apple et de Google ont déjà subi ces auditions, sans dommage

Mark Zuckerberg avait affiché sa bonne volonté il y a deux semaines lors d’une interview au site spécialisé Wired – «Si je devais être la personne la mieux informée à Facebook, dans la meilleure position pour témoigner, je le ferais avec plaisir.» Mercredi, le cofondateur et directeur du réseau social a accepté de témoigner devant le Congrès, à Washington. L’audition débutera le 11 avril à 10h locales (16h heure suisse) devant la Commission du commerce et de l’énergie de la Chambre des représentants.

Cette audition portera avant tout sur le scandale suscité par l’affaire Cambridge Analytica, qui a éclaté en mars. Le réseau social est accusé d’avoir laissé les données de cinquante millions d’utilisateurs être siphonnées, via un sous-traitant, par Cambridge Analytica, une entreprise britannique spécialiste de l’influence politique. Mark Zuckerberg avait attendu plus de deux jours après le début de ce scandale pour s’exprimer. Il avait reconnu la «responsabilité» de Facebook, avait admis «des erreurs» mais ne s’était pas directement excusé.

Depuis le début de cette affaire, l’action de Facebook a perdu 18,6%. Le titre chutait de 3,5% mercredi en fin d’après-midi alors que le Nasdaq perdait 1%.

Lire aussi: Comment Facebook s’est fait piéger par ses propres données

Plusieurs convocations

Depuis, l’homme a vu les convocations se multiplier. Aux Etats-Unis, d’abord, où trois commissions du Congrès ont demandé à Mark Zuckerberg de s’expliquer en personne. Toujours à Washington, la Federal Trade Commission a ouvert une enquête sur Facebook – notamment pour déterminer si le réseau social avait violé un accord passé avec elle concernant les données – et demandé à son directeur de témoigner, sans réponse pour l’heure. En Europe, Mark Zuckerberg a d’ores et déjà décliné une demande britannique de témoigner, préférant envoyer deux de ses adjoints. Une invitation issue de la Commission européenne n’a pour sa part pas encore reçu de réponse.

Que va risquer Mark Zuckerberg lors de ces auditions? A priori rien, si ce n’est des dommages à sa réputation. «C’est une pièce de théâtre extrêmement ritualisée», expliquait récemment un spécialiste de la communication à CBS. Dans cet article figurent d’ailleurs plusieurs conseils au directeur de Facebook.

Lire également: «Facebook est désormais un puissant outil d’influence vendu au plus offrant»

Excuses recommandées

D’abord, se préparer au maximum pour faire face à plusieurs heures de questions insistantes. Si Mark Zuckerberg affirme qu’il n’était au courant d’aucune pratique illicite au sein de sa société – une réponse qui lui éviterait d’éventuels soucis en justice – il devra aussi montrer de l’empathie pour les utilisateurs de Facebook. Selon le spécialiste en relations publiques, Mark Zuckerberg devra se montrer en homme fort et dire «c’était un énorme échec, acceptez mes excuses» – un acte de contrition courant aux Etats-Unis.

Le fondateur de Facebook devra enfin prendre la mesure de la colère des utilisateurs, accepter qu’une régulation est possible, «ce sera ainsi sa chance de garder un certain contrôle et de guider ce qu’une régulation pourrait être», selon un autre communicant cité par CBS.

D’autres patrons de la Silicon Valley avaient déjà témoigné devant le Congrès. En 2013, une commission avait auditionné Tim Cook, directeur d’Apple, sur ses pratiques fiscales. Deux ans auparavant, Eric Schmidt, président de Google, avait dû s’expliquer sur la taille de son groupe. Dans les deux cas, sans conséquence pour ces entreprises.

Publicité