Alors qu’au début de l’année la lutte contre les changements climatiques était l’un des principaux objectifs de nos gouvernements, la crise du coronavirus les a malheureusement souvent obligés à revoir leurs priorités pour concentrer leurs efforts sur la gestion de la crise sanitaire et de ses conséquences économiques. La pandémie n’a en revanche pas freiné l’intérêt du secteur financier pour l’investissement durable. Au contraire même, puisque la crise a mis en exergue, d’une part, l’urgence d’aborder ces aspects et, d’autre part, l’intérêt financier qu’il y a à privilégier les entreprises avec des scores ESG élevés.

D’un point de vue environnemental, si la crise du coronavirus semble avoir eu un impact positif, grâce notamment à la baisse de la pollution atmosphérique engendrée par la généralisation du télétravail, elle a surtout entraîné un fort essoufflement dans la lutte pour le climat avec le report ou l’annulation d’initiatives majeures, comme la COP26.