Nestlé va continuer à relever ses prix en 2023, a fait savoir le directeur général Mark Schneider dans une interview au portail themarket.ch. Le groupe alimentaire assure dans le même temps ne pas réussir à compenser toutes les hausses de coûts.

«Ce que je peux dire avec certitude: nous continuerons à augmenter les prix de manière responsable et nous devons décider, par catégorie et par pays, jusqu’où nous pouvons aller», a assuré le patron du géant veveysan, tout en se demandant ce qu’il sera «possible» de faire face à une «récession assez probable en Europe et aux Etats-Unis». Les incertitudes sont nombreuses, notamment «dans quelle mesure les coûts de l’énergie pèseront sur les ménages».

Lire aussi: Nestlé propulsé par les hausses de prix

Nouveaux rachats envisagés

Mark Schneider a ajouté que les segments d’entrée et haut de gamme «s’en sortent le mieux en cas de récession», au vu «des crises précédentes», tandis que les produits de moyenne gamme souffrent généralement de la baisse du pouvoir d’achat des consommateurs. Sans parler «automatiquement» de perspectives assombries dans cette dernière catégorie, «nous devons simplement adapter la commercialisation et travailler avec des promotions ciblées».

En matière de hausse des salaires, le dirigeant constate des différences d’un marché à l’autre. «La Suisse enregistre également plus d’inflation que l’année précédente, mais de loin pas autant que ses pays voisins». Il souligne aussi les distinctions entre l’Europe et les Etats-Unis mais aussi entre les fonctions. «L’inflation salariale est très marquée dans les secteurs de production et de distribution aux Etats-Unis», a-t-il assuré. Par ailleurs, Nestlé envisage toujours de nouveaux rachats, en particulier dans le café, l’alimentation animale et la nutrition (Health Science). Le groupe voit de «plus grandes opportunités dans le domaine des petites et moyennes acquisitions.»