Non contents de polluer, ils n’ont désormais qu’à se tendre les bras pour ramasser les milliards de dollars de la crise énergétique. Un brin caricaturale, voici l’image que traînent les BP, Shell et autres TotalEnergies depuis que les cours des hydrocarbures et de l’électricité se sont affolés.