Le réseau social américain Facebook a lancé mardi une offensive dans la réalité augmentée, présentée comme «une technologie clé à long terme», misant sur son utilisation à travers l’appareil photo des smartphones, sans attendre l’arrivée de lunettes ou autres appareils dédiés.

«Nous allons faire de l’appareil photo (du téléphone) la première plateforme grand public de réalité augmentée», a affirmé le PDG-fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, à l’ouverture de la conférence annuelle pour les développeurs d’applications (F8) organisée par le groupe à San José en Californie.

Il a concédé que la réalité augmentée allait «prendre du temps pour se développer». «Votre expérience ne va pas changer radicalement du jour au lendemain», a-t-il reconnu, mais «au fil du temps, je crois que ça va être une technologie très importante».

Facebook s’était jusqu’ici plutôt concentré, par l’intermédiaire de sa filiale Oculus, sur la réalité virtuelle, qui immerge complètement l’utilisateur dans un autre univers et pour laquelle il a lancé parallèlement mardi, également en version beta, un réseau baptisé Facebook Spaces permettant à plusieurs utilisateurs d’Oculus de discuter sous forme d’avatars dans un espace virtuel.

Lire aussi: Facebook poursuit son offensive dans la réalité virtuelle

Certains observateurs estiment toutefois que la réalité augmentée, où des éléments virtuels se superposent au monde réel, présente davantage d’opportunités pour le grand public.

Une version bêta lancée mardi

Mark Zuckerberg a expliqué mardi que la réalité augmentée permettrait par exemple d’ajouter des informations au monde réel (en ajoutant des directions, des notices sur les lieux dans lesquels on se trouve), des objets supplémentaires (comme un téléviseur virtuel), ou encore d’enrichir les objets existants (en y ajoutant des accessoires, des notices explicatives…).

Dans l’immédiat, il a notamment annoncé le lancement mardi en version bêta (test) d’outils permettant d’ajouter des effets ou des commentaires sur les photos, ou encore utilisant des technologies d’intelligence artificielle pour évaluer la localisation des objets afin de transformer des photos statiques en scènes en trois dimensions et de leur ajouter des éléments virtuels. Pour Jan Dawson, analyste chez Jackdaw Research, les annonces faites mardi montrent «que Facebook veut sérieusement rattraper son retard» dans la réalité augmentée.

Et il relève qu’en se concentrant sur des outils de réalité augmentée pour smartphones, le groupe se place «en concurrence directe avec Snapchat», l’application mobile devenue très populaire auprès des adolescents et des jeunes adultes grâce à ses messages qui disparaissent peu après réception et les filtres amusants qu’il permet d’ajouter aux photos.

Lire aussi: Facebook poursuit sa course contre Snapchat en rachetant FacioMetrics

Facebook poursuit sa course contre Snapchat en rachetant FacioMetrics, a lui-même annoncé mardi une série de nouveaux filtres permettant d’ajouter des effets en 3D aux photos envoyées avec son application. Le service est considéré par beaucoup d’analystes comme l’une des principales menaces pour Facebook. Après avoir tenté sans succès il y a quelques années de racheter Snapchat, Facebook a entrepris de cloner plusieurs des fonctionnalités de son rival à travers ses propres applications.