Facebook poursuit les annonces pour convaincre les autorités et l'opinion publique de son rôle positif dans la société. Le réseau social va renforcer ses règles contre le harcèlement en ligne. «Nous ne permettons pas le harcèlement sur notre plateforme et quand cela se produit, nous agissons», a assuré Antigone Davis, directrice de la sûreté pour le groupe, dans un communiqué mercredi. 

La firme californienne, déjà très critiquée par de nombreuses autorités et ONG, a vu sa réputation de nouveau ternie par les révélations d'une lanceuse d'alerte, une ancienne ingénieure qui a fait fuiter des documents à la presse et a été auditionnée par une commission parlementaire américaine. Selon Frances Haugen, Facebook et ses applications, dont Instagram, font passer «les profits avant la sécurité» des utilisateurs.

Lire aussi: Une lanceuse d'alerte exhorte le Congrès à mieux réguler Facebook

L'entreprise compte désormais s'attaquer aux s'ils représentent «efforts coordonnés de harcèlement de masse ciblant des individus particulièrement vulnérables dans le monde réel, comme les victimes de tragédies violentes ou des dissidents politiques - même si les contenus en soi n'enfreignent pas notre règlement».

Le réseau social pourra aussi retirer des messages privés ou des commentaires, en fonction du contexte et d'informations additionnelles.

Les personnalités protégées

Facebook veut par ailleurs mieux protéger les personnalités publiques (politiques, célébrités...), en ajoutant une nouvelle catégorie à la liste des interdictions, qui tournent principalement autour de la sexualisation de ces personnes.

«Nous retirerons les commentaires sexualisant qui relèvent du harcèlement», sur la base du contexte fourni par les individus, a indiqué Antigone Davis.

Lire encore: Face aux critiques, Facebook suspend le développement d’«Instagram Kids»

La plateforme a aussi ajouté aux personnalités publiques les journalistes et défenseurs des droits humains devenus célèbres de part leur travail. Ils seront désormais «protégés des contenus blessants, par exemple les messages qui les classent en fonction de leur apparence physique», a précisé Antigone Davis, qui avait répondu aux questions des élus américains lors d'une audition dans la foulée des révélations de Frances Haugen.