Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Mark Zuckerberg, directeur de Facebook, avec un casque de réalité virtuelle Oculus.
© GLENN CHAPMAN

Technologie

Facebook s'installe à Zurich

Le réseau social vient d'engager dix chercheurs en réalité virtuelle, a révélé la «Handelszeitung»

La réalité virtuelle est au cœur de la stratégie de Facebook, comme le réaffirmait cette semaine au Web Summit de Lisbonne Mike Schroepfer, directeur de la technologie chez Facebook. Ce jeudi, la «Handelszeitung» révèle que le réseau social vient de débaucher dix ingénieurs à Zurich, justement actifs dans la réalité virtuelle. En parallèle, le réseau social a augmenté le capital-actions de sa société fille en Suisse.

Les dix ingénieurs engagés viennent tant de l’Université de Zurich que de l’EPFZ. Ils travaillent sur un projet baptisé «Zurich Eye», destiné à permettre à des machines de voir et à les rendre ainsi autonomes.

Proche de la gare

Selon l’hebdomadaire alémanique, les ingénieurs s’apprêtaient à créer leur propre entreprise quand Facebook les a convaincus de rejoindre Oculus, sa filiale dédiée à la réalité virtuelle. Cette société, rachetée par Facebook en 2014 pour deux milliards de dollars, est spécialisée dans les casques haut de gamme permettant une immersion totale dans les mondes virtuels. Selon la «Handelszeitung», les dix ingénieurs seront installés dans des bureaux proches de la gare de Zurich.

Nouvelle société

En parallèle, le réseau social a modifié sa structure juridique en Suisse en créant une société dotée d’un capital de quelque deux millions de francs. Son but est notamment la recherche et le développement, ce qui fait écrire à l’hebdomadaire que Facebook pourrait bientôt engager d’autres ingénieurs. A titre de comparaison, Google emploie aujourd’hui à Zurich 1800 personnes dans son centre le plus important en Europe.


Lire aussi: Facebook dévoile sa stratégie sur dix ans

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)