réseaux

Facebook veut doubler son nombre de collaborateurs à Zurich

Jugeant que la zone germanophone est déterminante en Europe, le géant des réseaux sociaux veut passer à 160 employés dans la capitale économique

Facebook veut agrandir son bureau de Zurich, comptant actuellement 80 collaborateurs. Les effectifs doivent doubler, a annoncé Tino Krause, le responsable du réseau social pour l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse, dans une interview avec le quotidien allemand Handelsblatt publiée mardi.

A Zurich, où le géant américain est implanté depuis 2016, les collaborateurs travaillent principalement dans le domaine de la réalité augmentée et de la réalité virtuelle. «A l'avenir, leur nombre devra doubler, également dans la partie commerciale», a-t-il annoncé. L'entreprise avait ouvert un bureau après le rachat de Zurich Eye, une émanation de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ).

L'aire germanophone, majeure

Avec le bureau de Zurich, l'importance de la région germanophone s'accroît, a assuré Tino Krause. Il a qualifié ce marché de «décisif», dans la mesure où la «thématique de la protection des données est résolument menée d'ici». Les avancées effectuées au sein des trois pays auront une grande influence sur le développement des produits aux Etats-Unis. «Mon ambition est clairement que notre région soit pionnière au sujet de la protection des données».

Facebook a «radicalement» changé en ce qui concerne la sécurité des données, investissant cette année 3,7 milliards de dollars dans ce segment et occupant 30 000 collaborateurs à cette problématique. «Tout le monde le sait: Facebook doit devenir plus sûr», a-t-il affirmé.

L'organisation américaine de protection des consommateur (FTC), qui a infligé à Facebook cet été une amende de 5 milliards de dollars, doit continuer à identifier les points faibles de la plateforme. Cela a une influence sur les collaborateurs, chacun sachant que son devoir est de protéger les utilisateurs et leurs données «quoiqu'il fasse ou développe».

Lire aussi: C’est historique: les Etats-Unis s’attaquent à Facebook et à Google  

L'intelligence artificielle contre les commentaires haineux

«Sur le seul premier trimestre 2019, nous avons supprimé 160 000 commentaires haineux en Allemagne.» Environ 70% de ces commentaires ont été découverts via de nouvelles technologies telles que le machine learning, la vision par ordinateur ou l'intelligence artificielle. «Nous n'attendons plus qu'une personne nous informe de contenus illicites, nous le trouvons nous-même.»

En outre, le centre de recherche Correctiv et l'agence de presse allemande dpa travaillent en externe pour limiter la diffusion de faux contenus.

Suite à l'attentat de Christchurch, retransmis en direct sur Facebook par le criminel, l'entreprise collabore également avec les services de police aux Etats-Unis et au Royaume-Uni pour améliorer son intelligence artificielle et durcir les règles pour cette fonction.

Une chronique: Facebook est responsable face aux deepfakes  

Publicité