L’imminence de l’entrée en bourse de Facebook s’est précisée mardi. D’abord avec l’annonce, par la direction du réseau social, d’un relèvement de la fourchette du prix de l’action. Ce ne sera plus de 28 à 35 dollars, comme prévu initialement, mais de 34 à 38 dollars, selon des documents transmis à l’autorité américaine des marchés. Ensuite, c’est mardi qu’a pris fin la période de vente des actions pour les institutionnels, a appris l’agence Bloomberg, selon une source proche du dossier. Du coup, l’hypothèse initialement avancée par ­Facebook d’une entrée en bourse ce vendredi pourrait se matérialiser.

Si Mark Zuckerberg, directeur du réseau social – qui fêtait ce lundi ses 28 ans – a décidé d’augmenter le prix de ses titres, c’est sans nul doute parce que les 337,4 millions d’actions proposées ont été sursouscrites. C’est ce dont faisaient état plusieurs médias américains mardi. Du coup, la valorisation de Facebook pourrait s’établir entre 93 et 104 milliards de dollars. La nouvelle fourchette sera tout de même inférieure au plus haut prix constaté sur la bourse privée d’échange SharesPost, où le montant de 44,10 dollars avait été atteint.

Comparaisons avec Google

En prenant en compte le haut de la fourchette, a calculé Bloomberg, Facebook se traiterait 26 fois ses ventes annuelles. C’est plus du double de Google en 2004, lors de la première cotation de son titre.

Autre comparaison effectuée mardi, par BusinessInsider, sur la base d’une étude de la société WordStream: le taux de clics sur les annonces est nettement plus faible pour Facebook (0,051%) que sur les sites de Google (0,4%).