Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les marchés chuchotent que l’inflation est de retour, mais le patron de Banque centrale européenne, Mario Draghi, les a rassurés.
© DANIEL ROLAND / AFP PHOTO

Au cœur des marchés

Le facteur sonne toujours deux fois

Le marché aime se faire peur en agitant le démon de l’inflation et de la grande remontée des taux d’intérêt qui en découlerait

Petit retour arrière… Il y a un peu plus d’un mois, on a assisté au grand retour de la volatilité. Les marchés avaient en effet été soudainement effrayés par une progression plus forte que prévu des salaires aux Etats-Unis: 2,9% en variation annuelle. Soit le niveau le plus élevé depuis 2009 mais encore très loin des 4-5% de croissance qu’ils enregistraient lors des précédentes reprises économiques. Ça eut (mieux) payé (de travailler) comme aurait pu le dire un humoriste à une certaine époque.

Qu’importe, ni une, ni deux, les marchés ont vu là le signe ultime, la preuve irréfutable du fait que l’inflation était à notre porte et que les banques centrales, l’américaine en tête, les autres juste derrière, allaient devoir remonter les taux à toute vitesse pour empêcher l’inflation, le pire ennemi du capital, de se développer. Le scénario boucle d’or n’avait plus qu’à se rhabiller et les gérants obligataires se chercher un nouveau travail.

La mort annoncée de TINA

Pendant ce temps, les actions plongeaient – littéralement — car même si elles tendent à offrir, sur le long terme, une des meilleures protections contre l’inflation (la bourse de Caracas est en hausse de 300% depuis le début de l’année…), à court terme les évaluations doivent s’ajuster à la baisse puisque les taux remontent. C’était donc la mort annoncée de TINA («There Is No Alternative») et des ratios prix-bénéfices gonflés à coup d’assouplissements quantitatifs et de taux d’intérêt nuls voire négatifs. Bref, tout le monde aux abris et sauvez ce que vous pouvez…

Cinq semaines plus tard, force est de constater que le marché, et donc les investisseurs, aime toujours autant se faire peur: les chiffres de l’emploi publiés vendredi aux Etats-Unis font état d’une progression annuelle des salaires qui s’établit dorénavant à 2,6%. Encore plus ironique, le chiffre du mois passé a même été revu à la baisse. Et ce malgré plus de 300 000 emplois créés le mois dernier, un taux de chômage qui frôle les 4% et une expansion économique qui va fêter ses neuf ans.

La BCE calme tout le monde

Que s’est-il passé sur les marchés entre-temps? Comme l’on pouvait (ne pas) s’y attendre: les taux ne sont pas remontés beaucoup plus haut. Ils ont même pas mal baissé, de nouveau en Europe, où la BCE a redit jeudi passé que l’inflation n’était toujours pas, pour l’instant, une de ses préoccupations et que, par conséquent, il n’y avait pas d’urgence à normaliser sa politique monétaire. Dans ce contexte, les actions se sont stabilisées en Europe et ont déjà récupéré une bonne partie de la baisse aux Etats-Unis.

C’est bien beau l’histoire, mais à quoi peut-on s’attendre – raisonnablement – dans les mois qui viennent? L’inflation va se rapprocher progressivement de la cible des banques centrales (mais elle ne deviendra pas incontrôlable), ces dernières normaliseront donc progressivement en phase avec la croissance nominale (elles ne seront pas «behind the curve» ou en retard) et les valorisations devront donc, il est vrai, baisser quelque peu (mais nous ne sommes pas au début d’une majeure et durable baisse des marchés car la croissance des bénéfices restera soutenue).

Savoir garder la tête froide

Cette phase d’ajustement, liée à la sortie de la répression financière qui a suivi la grande crise de 2008-2009, a donc déjà commencé et devrait être en théorie très graduelle. Mais, en pratique, il faudra dorénavant s’attendre à des à-coups plus ou moins violents, des peurs parfois exagérées et des craintes souvent infondées. Autant d’opportunités pour ceux qui sauront garder la tête froide et naviguer tactiquement à travers ces marchés en dents de scie.

Comme le facteur sonne toujours au moins deux fois, il y a fort à parier que le démon de l’inflation et la grande remontée des taux d’intérêt qui y est associée reviendront hanter le marché ces prochains mois.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)