Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
La Suissesse Sarah Hoefflin a été récompensée d'une médaille d'or en ski freestyle sur l'épreuve de slopestyle  à Pyeongchang lors des jeux Olympiques.
© Ian MacNicol/Getty Images

Ski

Faction, la marque de skis suisse sur les podiums

Aux pieds des skieurs actuels les plus en vue, ces skis dessinés à Verbier sont le fruit du travail d’une petite entreprise qui parvient à se faire une place entre les poids lourds du marché des sports d’hiver

C’était leur heure de gloire. Samedi, les Suissesses Sarah Höfflin et Mathilde Gremaud partageaient les deux premières places du podium en slopestyle, aux Jeux olympiques de Pyeongchang. Alors que leurs visages arboraient des sourires radieux, leurs mains tenaient fermement des skis signés de la marque Faction.

De l’autre côté du continent, plus précisément à Verbier en Valais, les employés et le directeur de la marque exultaient. «C’était un véritable bonheur de les voir à cette place», se réjouit quelques jours plus tard Alex Hoye, patron de Faction.

Ce tremplin médiatique pourrait contribuer à faire décoller les ventes de cette marque qui jouit déjà d’une large vitrine grâce à son principal porte-drapeau: le skieur prodige Candide Thovex. Sur les réseaux sociaux, ses vidéos baptisées «One of those days» figurent parmi les films de ski les plus populaires. A titre d’exemple, «Ski the World», dernière en date réalisée pour son sponsor Audi, où le Français balade ses skis sur la planète entière, affiche plus de 47 millions de vues.

Créée à Verbier

Faction ne s’en cache pas. La présence du skieur français dans ses rangs contribue grandement à son succès qui dure depuis douze ans. Tout a commencé en 2006 sous l’impulsion de l’Australien Tony McWilliam. A une époque où le snowboard était bien plus populaire que le ski, l’homme voulait inverser la tendance. Pour y arriver, il a dessiné des skis plus larges. Il a aussi modifié la courbe des skis, les rendant plus skiables que les lattes classiques. Il s’associe à Alex Hoye qui s’occupera de l’aspect financier. Tous deux figurent désormais parmi les pionniers des créateurs de skis modernes.

Lire aussi: Le nouvel essor de petites marques suisses de ski et de snowboard

23 000 paires de skis par an

La recette fonctionne. L’entreprise dit aujourd’hui vendre 23 000 paires de skis par an dans une gamme de prix allant de 200 à 1000 francs. «Ils sont dessinés en Suisse, mais ils sont produits entre la République tchèque et la Pologne et sont ensuite distribués dans 35 pays», souligne Josh Cohen, le responsable produits. L’entreprise compte désormais 22 employés répartis entre la Suisse, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, l’Autriche et le Japon.

Faction représente moins de 1% du marché mondial. Elle fait partie de ces petites marques, comme Movement, autre figure suisse, qui tirent leur épingle du jeu en gagnant bon an mal an des parts de marché sur celles des grands fabricants. «Notre objectif n’est pas de devenir un géant. Nous voulons prospérer en demeurant dans un secteur où la qualité prime», précise Alex Hoye.

Diversifier la production

Dans un marché en déclin – selon l’institut GfK, les ventes de skis ont baissé de près de 60% en trente ans en Suisse –, Faction affiche un taux de croissance de 40% par an et présentait en 2017 un chiffre d’affaires de 6,5 millions de francs.

Cette croissance n’est pas sans poser certains défis. Sept personnes ont quitté le navire l’année dernière. Le signal que l’entreprise souffre comme les autres producteurs de skis d’une baisse de la demande? «Ces départs sont volontaires», réfute Alex Hoye. Pour l’avenir, plusieurs projets sont en cours. La marque souhaite se diversifier. Elle vise ainsi la création de vêtements techniques et le développement d’un modèle de ski haut de gamme.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)