Suisse 4.0

La facture avec code QR va bouleverser les paiements

Il existe aujourd’hui pas moins de six types différents de bulletins de versement. Dès janvier 2019, une nouvelle facture unique, avec code QR, fera son apparition. Elle pourra être imprimée sur n’importe quel support

Ils sont aujourd’hui six. Et ils vont bientôt tous disparaître au profit d’un nouvel acteur. Dès 2019, la Suisse verra apparaître une nouvelle facture, équipée d’un code QR. D’ici quelques mois, le bulletin de versement orangé des banques, le bulletin de versement orangé (en francs et en euros) de PostFinance, le bulletin de versement rouge des banques et le bulletin de versement rouge (en francs et en euros) de PostFinance ne seront qu'un souvenir. En préparation depuis des années, la facture avec code QR va remplacer tous ces bulletins.

Lire aussi: Swatch investit le marché chinois du paiement mobile

Cette vaste opération, pour l’heure invisible pour les particuliers, vise plusieurs objectifs. Il s’agira d’abord de rendre les paiements plus rapides. De réduire aussi les risques d’erreurs et d’automatiser de bout en bout les paiements. S’affranchir de six types de bulletins simplifiera la vie des entreprises et des privés. Le paiement par smartphone sera facilité, puisqu’il suffira de scanner le code QR d'un clic pour effectuer une transaction.

Contre le blanchiment

Le numéro d’adhérent BVR (qui commence par 01- et qui ressemble à s’y méprendre à un numéro de CCP) va disparaître. Le compte IBAN à 21 chiffres sera la référence unique. Il s’agira aussi pour la Suisse de s’aligner sur ce qui se fait au niveau international en adoptant la norme ISO 20022, vers laquelle l’Union européenne a déjà migré en 2014, tout comme l’Australie et le Japon. Enfin, cette nouveauté permettra de répondre aux exigences liées à la révision de l’ordonnance de la loi sur la lutte contre le blanchiment d’argent.

Très concrètement, un code QR figurera sur toutes les factures. On l’aperçoit déjà depuis plusieurs années sur des affiches, des magazines ou des pancartes de lieux touristiques: il suffit de le scanner avec son smartphone pour accéder directement à un site web, par exemple. Le code QR utilisé sur la facture permettra de représenter l’entier des informations nécessaires à l’établissement d’un ordre de paiement: identité de l’émetteur de la facture et du payeur, montant, date d’échéance, etc.

Lire également: «Twint vise un million d’utilisateurs d’ici un à deux ans»

Sur n’importe quel support

Ce code QR, qui comportera une petite croix blanche au milieu, pourra être imprimé sur un nouveau bulletin de versement blanc. Mais il pourra aussi être imprimé, par des entreprises, sur n’importe quel support, d’une lettre sur feuille blanche à une affiche publicitaire, par exemple. Il suffira ensuite de le scanner pour procéder au paiement. La notion même de bulletin de versement disparaît. L’opérateur SIX parle désormais de «section de paiement QR»; celle-ci a un format A6 et se trouvera positionnée en général au pied de la facture.

La plateforme d’information PaymentStandards.ch, chargée par PostFinance et les grandes banques de représenter cette migration, assure qu’il sera toujours possible de lire toutes ces informations sans smartphone: l’IBAN, le nom du destinataire, etc. seront imprimés en toutes lettres à droite du code QR. Et il sera possible de présenter ce bulletin à la poste pour y effectuer un paiement, comme jusqu’à présent. Il est prévu que Twint, l’application suisse pour payer avec son smartphone, soit rapidement compatible avec la facture munie d'un code QR.

En préparation depuis des années, la facture QR va remplacer les bulletins actuels entre janvier 2019 et l’année 2020, estime l’organisme PaymentStandards.ch. Avant cela, les établissements financiers auront basculé sur la norme ISO 20022 d’ici à fin 2017 et ce sera le cas pour les entreprises d’ici à la mi-2018.

«Quelques douleurs à l’accouchement»

Que penser de cette future facture? «Notre principale crainte était que des consommateurs, qu’ils fassent leurs paiements en ligne ou au guichet, ne puissent plus le faire comme avant, répond Robin Eymann, responsable de politique économique à la Fédération romande des consommateurs (FRC). SIX nous a toutefois assurés du contraire. Il est évident qu’il serait inacceptable de ne pouvoir utiliser qu’un smartphone pour faire ces paiements. Nous veillerons donc à ce que cette promesse soit tenue lors de la décision sur la forme définitive du bulletin.»

De son côté, Pierre Arnaud, directeur de la société yverdonnoise Epsitec, spécialisée dans les logiciels de comptabilité et de facturation Crésus, se montre prudent par rapport à la planification envisagée: «Le marché va se retrouver obligé de faire un bond en avant. Et cela promet quelques douleurs à l’accouchement parce que les utilisateurs de logiciels de paiement et toutes les banques doivent avoir adopté le paiement ISO 20022 d’ici au 31 décembre 2018. Ou alors personne n’osera utiliser la nouvelle facture QR en 2019, de peur de ne pas pouvoir être payé. Et on se retrouve alors avec des factures accompagnées à la fois du code QR et d’un bon vieux bulletin de versement ou alors uniquement du bulletin de versement.» Selon le spécialiste, SIX aura besoin de l’appui inconditionnel pour le code QR de géants comme les CFF ou Swisscom, de l’économie privée (assurances, entreprises d’électricité, etc.) et de la Confédération (pour les impôts, notamment).

Promoteurs confiants

En face, SIX assure que tout se passera bien. «Le nouveau bulletin de versement ne comportera pas seulement un code QR, mais aussi un numéro IBAN, comme c’est le cas aujourd’hui», explique un porte-parole. Reste que les banques et les entreprises ont encore du travail pour adapter leurs systèmes aux nouvelles factures. Les particuliers, quant à eux, n’ont qu’à attendre l’apparition de ce nouveau système d’ici quelques mois.

Publicité