Conjoncture

Les faiblesses de l’industrie allemande pèsent sur la croissance

Dans leur traditionnel rapport commun d’automne, les cinq plus grands instituts économiques allemands revoient à la baisse leurs prévisions de croissance pour le pays. La faute à l’industrie, «en récession»

Il faudra encore attendre un mois avant de connaître les chiffres officiels de la croissance au troisième trimestre en Allemagne mais personne ne se fait d’illusion: le pays va officiellement entrer en récession technique et enregistrer son deuxième trimestre d’affilée de croissance négative. Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) a reculé de 0,1%.

C’est ce qu’attendent les cinq principaux instituts économiques du pays, de courants pourtant divers, qui ont présenté mercredi 2 octobre leur rapport prévisionnel commun d’automne. Ils ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance, à 0,5% en 2019 (contre 0,8% initialement) et 1,1% l’an prochain (contre 1,8%). «La conjoncture économique allemande continue de se dégrader», résume Claus Michelsen de l’Institut allemand pour la recherche économique (DIW). «Les raisons sont à trouver dans l’industrie qui se trouve en récession, ajoute-t-il. Si les secteurs de l’automobile, de la pharmacie et de la chimie ont été les premiers touchés, désormais toute l’industrie manufacturière est concernée. Même le secteur des services n’est plus épargné», commente-t-il.