Où sont les voitures autonomes? En 2015, Elon Musk, directeur de Tesla, affirmait que d’ici à 2018 ses voitures seraient totalement autonomes. Deux ans après cette date, force est de constater que cette prédiction était légèrement optimiste. Ces véhicules ne circulent pas sur nos routes, et sur aucune route de la planète d’ailleurs. Aucune voiture n’a pour le moment atteint le graal, soit le niveau 5 de l’autonomie: une voiture capable de gérer seule absolument toutes les situations, même extraordinaires, par tous les temps et sans que le conducteur ait jamais à reprendre le contrôle.

Lire aussi: Le COVID-19 accroît les pressions sur le secteur automobile

Début juillet, Elon Musk s’est dit «extrêmement confiant qu’on aura très rapidement les fonctionnalités de base d’une conduite autonome de niveau 5, qui est en gros l’autonomie complète […] cette année», dans un message vidéo à l’ouverture de la Conférence mondiale sur l’intelligence artificielle à Shanghai. Là encore, l’entrepreneur s’avance sans doute trop.

Pas encore vraiment un «Autopilot»

Les algorithmes de ses systèmes d’intelligence artificielle ont beau se perfectionner continuellement, ils ne sont pas encore capables d’anticiper, d’analyser et de comprendre des situations extraordinaires qui se produisent sans cesse sur la route. Détecter des feux de signalisation est une chose. Détecter un enfant qui court ou un semi-remorque qui s’engage brusquement sur la route, le soleil de face, en est une autre.

Il faudra encore attendre plusieurs années avant d’atteindre ce fameux niveau 5 – les Tesla ne sont ainsi considérées, en Europe, que comme ayant atteint le niveau 2. Et d’ici à obtenir le score maximum, Tesla devra faire attention avec sa mention «Autopilot», qu’il utilise depuis des années.

Lire également: La politique doit se préparer à la mobilité autonome

La semaine passée, un tribunal allemand a interdit au constructeur d’utiliser ce terme, estimant qu’il s’agit de publicité mensongère. Non, les Tesla ne sont pas encore capables d’effectuer du pilotage automatique: elles proposent les aides les plus avancées du marché pour rouler et se parquer. Mais prétendre, ou suggérer fortement, qu’elles ne requièrent pas la vigilance et le contrôle du conducteur est encore prématuré.