Presse

Fathi Derder renonce à «L’Agefi»

Treize mois après son entrée en fonction, le conseiller national (PLR/VD) quitte son poste de rédacteur en chef du quotidien économique pour se recentrer sur d’autres projets

Treize mois. Après un peu plus d’une année en activité, Fathi Derder a décidé de quitter son poste de rédacteur en chef de L’Agefi le 31 juillet prochain. Le conseiller national (PLR/VD) de 47 ans renonce également à sa fonction d’administrateur délégué de la Nouvelle Agence Economique et Financière, société éditrice du quotidien économique romand. Dans un communiqué diffusé ce lundi, l’entreprise basée à Echandens (VD) précise que Fathi Derder restera à disposition du quotidien jusqu’à̀ son départ «afin d’assurer une transition optimale».

Lire aussi: L’Agefi a été placé en sursis concordataire (13.04.2017)

Pour un «Spotify des médias romands»

«Je crois toujours au projet d’un journal économique pour l’écosystème romand, mais les conditions nécessaires à une relance saine et durable de L’Agefi ne sont selon moi pas réunies», justifie par téléphone Fathi Derder, sans s’attarder sur les difficultés financières dont souffre le journal depuis plusieurs années. Il évoque un important retard dans la mise en place d’un nouveau site internet et d’une nouvelle offre numérique, «des outils aujourd’hui indispensables pour tout média».

En plus de son travail politique, le Vaudois veut se recentrer sur d’autres ambitions. Dans son éditorial paru ce lundi dans L’Agefi, Fathi Derder milite ainsi pour la création d’un «Spotify des médias romands et suisses», soit une plateforme commune sur laquelle les principaux éditeurs diffuseraient le contenu de leurs titres respectifs.

«C’est une solution innovante que nous étudions avec le conseiller national Philippe Nantermod (PLR/VS) et à laquelle j’aimerais consacrer plus de temps», confie Fathi Derder. Son autre cheval de bataille: soutenir le développement d’un écosystème favorable aux start-up de la région. Dès son arrivée à la tête de L’Agefi, le nouveau rédacteur en chef avait d’ailleurs choisi de recentrer la ligne éditoriale sur les PME et les start-up, sans pour autant renoncer à couvrir l’actualité financière.

Multi-casquette

«Cette réorientation est le fruit d’une décision commune, toute l’équipe y adhère et va continuer à l’entériner», précise le propriétaire de L’Agefi, Antoine Hubert. Et l’homme d’affaires valaisan d’ajouter que «Fathi Derder est un homme qui exerce beaucoup d’activités différentes, notamment dans le domaine politique. Il s’est probablement rendu compte qu’il ne disposait pas d’assez de temps pour s’occuper du journal. Nous avons à cœur d’identifier la bonne personne pour lui succéder.» Dans l’intervalle, c’est l’actuel rédacteur en chef numérique, Luc Petitfrère, qui assurera la direction rédactionnelle ad interim dès la mi-juin.

Au sein de la rédaction, le cumul des casquettes de Fathi Derder a fait grincer quelques dents. Contactés par téléphone, d’anciens collaborateurs démissionnaires fustigent un rédacteur en chef «absent», qui voulait «changer notre façon de travailler du jour au lendemain». «Forcément, ce style de management ne fait pas l’unanimité. Reste que Fathi Derder a réussi à faire bouger les choses dans un journal où a longtemps régné une certaine inertie», tempère l’un des 13 journalistes du quotidien.

Publicité