Une réallocation des flux d'investissement devrait s'opérer entre les deux types de hedge funds: des fonds directionnels volatils qui parient sur des tendances et utilisent un important levier vers les fonds market-neutral à plus faible volatilité qui sont orientés sur «l'arbitrage» et le «relative value». La contraction monétaire actuelle dans un contexte d'actifs financiers surévalués devrait entraîner des performances «directionnelles» incertaines, et ouvrir de meilleures perspectives pour les fonds «market neutral».

Cette réduction de liquidité associée à la hausse des taux a précipité le début de l'éclatement des bulles spéculatives actuelles, sur les marchés émergents, les mid-caps et les matières premières et, dans une moindre mesure, sur les marchés du crédit et de l'immobilier. Dans ce contexte, les nombreux hedge funds directionnels exposés à ces actifs devraient subir des rendements négatifs. Le durcissement monétaire mondial, qui s'est traduit par une hausse d'environ 2% sur les 24 derniers mois, élève mécaniquement le coût de financement des stratégies avec levier. La correction des actifs financiers entamée en mai a finalement contraint les hedge funds directionnels à réduire leurs expositions, accentuant la correction sur les marchés en surchauffe.

La hausse de la volatilité qui accompagne les mouvements de correction met en évidence le faible bénéfice de la diversification entre hedge funds directionnels en période de crise (90% des fonds long/short mid-caps ont été négatifs au mois de mai). En revanche, les stratégies d'arbitrage et valeur relative profitent des fortes variations de marché, car les inefficiences sont plus nombreuses durant ces périodes.

L'inflation qui augmente, alors que la consommation semble ralentir, accentue les incertitudes macroéconomiques et monétaires. On peut considérer que les récentes ventes massives sur certaines classes d'actifs préfigurent un retournement de tendance à long terme. Ces incertitudes devraient être levées d'ici à la fin de l'été. En attendant, la volatilité des marchés dans ce contexte de réduction de liquidité pourrait rester élevée. Il y aura certainement davantage d'opportunités d'investissement et d'arbitrage prochainement. Cela bénéficiera tout particulièrement aux hedge funds «market neutral» qui auront su se préserver des tendances spéculatives.