Matières premières

«Il faut réinventer le capitalisme», selon le négociant en café Nicolas Tamari

Face à la chute des cours du café, le patron du groupe Sucafina cherche des solutions pour ses partenaires agriculteurs. Nicolas Tamari ne manque pas d’égratigner les politiciens genevois au passage

Global Grain a lieu cette semaine à Genève. Le sommet des céréales lorgne aussi sur le café, cette ressource qui voit son cours baisser depuis plus de dix ans. Une chute très suivie en Suisse où, selon la Confédération, plus de la moitié du café mondial est négocié. Entretien avec Nicolas Tamari, patron du groupe Sucafina, un des poids lourds de la place.

Le Temps: Les prix du café n’ont jamais été aussi bas en 13 ans. Comment est-ce que Sucafina gère cette crise?