C’est la dernière ligne droite. Le groupe Migros s’apprête à choisir son nouveau président. Son conseil d’administration se réunit jeudi et vendredi prochain afin de confirmer le nom du successeur de Herbert Bolliger, rappelle jeudi la Handelszeitung.

C’est bien d’une confirmation dont il s’agira. Car il y a un grand favori dans cette campagne discrète qui a débuté il y a trois ans déjà. Il s’agit de Jörg Blunschi, le patron de la coopérative zurichoise. Avec presque 9000 collaborateurs et un chiffre d’affaires de 2,5 milliards de francs (en 2015), il dirige le deuxième plus important regroupement régional du groupe, parmi les dix qui le compose.

Agé de 55 ans, Jörg Blunschi a toutes ses chances. Sa candidature est soutenue par les coopératives, qui ont leur mot à dire dans la sélection finale. Mais il est aussi, et depuis longtemps, dans les bons papiers de Herbert Bolliger. Outre-Sarine, on ne manque pas de rappeler qu'en septembre dernier, Jörg Blunschi est apparu sur scène aux côtés du grand patron et de la Conseillère fédérale Doris Leuthard, lors de la journée annuelle des consommateurs à Zurich. Une façon de «déjà le montrer à tout le monde», a résumé une source interne citée par le Blick.

Un pur produit Migros

Pour prendre la succession de Herbert Bolliger, une piste externe aurait aussi été explorée, toujours selon la presse alémanique. Mais Urs Riedener, le patron de Emmi, qui a dirigé le marketing de Migros avant de prendre la tête de l’entreprise laitière lucernoise en 2008, aurait décliné la proposition.

Lire aussi: Migros se développe même en Inde

Un autre nom revient régulièrement. Celui de Fabrice Zumbrunnen, responsable des ressources humaines, des activités culturelles et sociales et des loisirs du géant orange. Agé de 47 ans, il deviendrait le plus jeune patron de l’histoire du distributeur fondé par Gottlieb Duttweiler en 1925.

Cette succession a donc de bonnes chances de s’opérer à l’interne. Jörg Blunschi a fait ses premières armes pour le groupe en Allemagne. Nommé à la tête de Migros Zurich en 2010, il est l’artisan de l’expansion de sa coopérative outre-Rhin et dans le bio, avec le rachat de la chaîne allemande Tegut et l’Alliance avec Alnatura, en 2012.

Lire aussi: Amazon est une révolution à ne pas sous-estimer

Herbert Bolliger est, lui, un vrai produit de Migros. Lorsqu’il arrive aux commandes, en 2005, il compte déjà 22 ans d’expérience dans l’entreprise – finances, informatique, logistique. En douze ans, il aura fait progresser le chiffre d’affaires du groupe de 17 à 27 milliards de francs. Son règne aura toutefois été celui durant lequel Migros s’est fait dépasser par Coop en termes de ventes.