Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Des personnes manifestent leur soutien à Apple devant une boutique de la firme américaine, à Boston, le 23 février 2016.
© Steven Senne

Etats-Unis

Le FBI risque d'ouvrir une «boîte de Pandore» en forcant Apple à décrypter un Iphone, juge l'ONU

Forcer l'accès au contenu d'un iPhone pourrait avoir des conséquences négatives dans le monde entier, a estimé vendredi le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme

Nouvel épisode dans le bras de fer entre Apple et le FBI. Le Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme estime vendredi que le décryptage d'un Iphone aurait des conséquences négatives dans le monde entier. Forcer Apple à se plier à une injonction judiciaire exigeant qu'il aide le FBI risque d'ouvrir une «boîte de Pandore», assure Zeid Ra'ad Al Hussein.

«Dans le but de régler un problème de sécurité relatif au chiffrement des données dans un cas bien précis, les autorités risquent d'ouvrir la boîte de Pandore, avec des implications qui pourraient être extrêmement dommageables pour les droits de l'Homme de millions de personnes, y compris pour leur sécurité physique et financière», a-t-il ajouté dans un communiqué. 

Le FBI souhaite contraindre la firme à concevoir un outil pour accéder aux données contenues dans l’iPhone de l’un des auteurs de l’attaque terroriste de San Bernardino, qui a fait quatorze morts en décembre 2015.

Lire aussi: Le conflit entre Apple et le FBI se durcit

Apple s’oppose fermement à cette demande. Dans une interview diffusée par la chaîne ABC News, le directeur d'Apple Tim Cook estimait que se plier à l'injonction du FBI serait «mauvais pour l'Amérique». Selon le «New York Times», le groupe américain travaillerait d'ailleurs sur un renforcement du chiffrement pour ses prochains modèles.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)