Il y a moins de dix jours, la Réserve fédérale américaine (Fed) affirmait que les effets du Covid-19 seraient temporaires. Puis, mardi, elle a surpris en abaissant ses taux d’intérêt de 0,5 point de pourcentage.
Dans un premier temps, les marchés ont bien accueilli cette volonté de protéger la première économie mondiale. Avant d’estimer que la vigueur de la baisse des taux pouvait signaler l’imminence d’un ralentissement prolongé. Les trois principaux indices de Wall Street ont lâché plus de 3% mardi, tandis que le rendement des bons du Trésor à 10 ans passaient sous les 1% pour la première fois de leur histoire.
En attendant que la Fed fournisse davantage de visibilité lors de sa réunion du 18 mars, tour d’horizon des questions qui demeurent.

Pourquoi la Fed est-elle intervenue mardi?

«La Fed a avant tout appliqué le principe de précaution, après que les indices PMI chinois ont montré le véritable impact des quarantaines sur l’économie, analyse Florian Ielpo, responsable de la recherche macroéconomique chez Unigestion. Les marchés ont eu peur que ce phénomène se répande en Europe et aux Etats-Unis. Après la forte baisse des marchés la semaine dernière, la Réserve fédérale a voulu prévenir, plutôt que guérir. Elle est intervenue comme un risk manager pour retirer un risque extrême pour l’économie et éviter que les PME peinent à obtenir du crédit».