Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le patron de la Réserve fédérale Jerome Powell (à droite) maintient la stratégie de quatre hausses de taux en 2018 et trois en 2019, malgré les critiques de Donald Trump.
© CARLOS BARRIA/Reuters

Au cœur des marchés

La Fed maintient le cap au grand dam de Donald Trump

Le président américain a déploré le relèvement des taux américains, peut-être pour pouvoir accuser la Fed au cas où la croissance économique américaine ralentirait en 2019

Le président américain n’est pas avare de tweets ou autres déclarations à l’emporte-pièce. Au cours des dernières semaines, il a même tenté d’écorner un principe essentiel de la vie politico-économique américaine: l’indépendance de la Fed. En déplorant le relèvement des taux américains, Donald Trump s’est permis d’intervenir dans la gestion de la politique monétaire, ce dont ses prédécesseurs s’étaient abstenus depuis plusieurs décennies.

A l’évidence les membres de la Réserve fédérale n’ont pas été impressionnés, à la lumière du résultat de leur réunion de la semaine dernière. Certes, les taux n’ont pas été altérés, ce qui est en ligne avec de ce que l’on pouvait attendre de cette réunion estivale. En revanche, l’appréciation de la situation conjoncturelle pour les prochains mois – économie forte et inflation proche de l’objectif fixé – laisse à penser qu’un relèvement des taux directeurs est dans les cartes pour septembre.

Baisse d’impôts injustifiée

Tout semble se passer comme si la Fed, confrontée à l’interventionnisme de Donald Trump, avait voulu faire sienne la célèbre maxime: en avant, calme et droit. La feuille de route établie au printemps par Jerome Powell et ses collègues, qui misent sur quatre hausses de taux en 2018 et trois en 2019, reste d’actualité. On ne peut que louer la fermeté des grands argentiers, désireux de réduire au minimum les incertitudes sur leurs actions, dans un contexte économique qui justifie la normalisation en cours.

Le président s’en offusquera-t-il? Ce n’est pas certain, car il regarde peut-être au-delà des prochains mois. Après avoir fait voter la baisse d’impôts la moins justifiable de l’histoire pour satisfaire une frange de son électorat et au mépris de la gestion des finances publiques, l’arme de la «guerre commerciale» est au cœur des préoccupations de Donald Trump en cette année 2018.

On connaît la rhétorique présidentielle sur le commerce, responsable de tous les maux de l’économie américaine, ce qui ne convainc guère certaines grandes entreprises états-uniennes. Sacrifier les valeurs du libre-échange au credo mercantiliste n’est qu’une manière de remettre en cause l’ordre établi, même si cela doit se faire sur des arguments pour le moins déroutants.

Préparer l’opinion

Stimulation fiscale peu logique et risque de guerre commerciale ne sont pas à proprement parler des conditions qui facilitent le travail de la Fed, au contraire. En maintenant le cap de son plan de marche, cette dernière prend le risque de commettre une erreur dans la gestion de sa politique, mais pouvait-elle faire autrement?

Pour Donald Trump, qui pourrait faire face à un ralentissement de la conjoncture américaine en 2019, en raison de ses politiques fiscale et commerciale, la Fed de Jerome Powell pourrait bien devenir la victime expiatoire idéale à ce moment-là pour occulter les incohérences de sa propre politique économique. Cela explique peut-être pourquoi Donald Trump a décidé de s’attaquer récemment au sacro-saint principe de l’indépendance de la Fed. Il fallait préparer l’opinion!

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)