Croissance qui va encore s’accélérer, inflation qui menace. Les ingrédients sont là pour que la Réserve fédérale américaine (Fed) presse elle aussi le pas. Elle a gardé ses taux d’intérêt inchangés à l’issue de sa réunion de deux jours mercredi soir, tout comme elle maintient son programme de rachats d’actifs d’au moins 120 milliards de dollars par mois.

Mais cette politique monétaire ultra-accommodante pourrait durer moins longtemps que prévu. Alors qu’en mars dernier, les responsables de son comité de politique monétaire prédisaient que les taux resteraient au plancher jusqu’en 2024 au moins, ils envisagent désormais deux resserrements de taux d’ici à fin 2023. Tous les membres ne sont pas de cet avis, mais c’est la médiane des prévisions qu’ils ont tous dû soumettre.

Flambée transitoire

D’un côté, parce que l’économie devrait voir sa croissance se poursuivre à un rythme soutenu (7% cette année, contre 6,5% prévu en mars) alors que les Etats-Unis profiteront des effets des campagnes de vaccinations et des plans de relance décidés en décembre et en mars. De l’autre, parce que l’inflation commence à mettre un certain nombre d’observateurs mal à l’aise. En mai, elle atteignait 5%, un niveau plus jamais vu depuis 2008. Même si la plupart des experts – la Fed y compris – voient cette petite flambée comme transitoire, elle ne laisse personne indifférent. D’après la médiane des prévisions, l’inflation devrait s’accélérer à 3,4% en 2021, puis ralentir à 2,1% en 2022 et 2,2% en 2023. Les perspectives pour le taux de chômage, elles, sont inchangées pour cette année (4,5%).

Lire aussi: Les trois moteurs d’une dérive possible de l’inflation

Cette évolution de l’attitude de la Fed était attendue. Selon le procès-verbal de la dernière réunion, en avril, il apparaissait clairement que certains des gouverneurs voulaient déjà préparer le resserrement des conditions monétaires. Mais il était alors plutôt question de réfléchir à une réduction du programme de rachats de titres.

Lire aussi: Des responsables de la Fed «prêts à discuter» d’un resserrement monétaire

Dans son communiqué, la Fed ne mentionne à aucun moment les prévisions de relèvements des taux. Elle rappelle seulement qu’elle s’est fixée comme objectif d’atteindre un taux d’emploi maximum et une inflation à 2% pendant un certain temps, avant de réduire son programme de rachat d’action et toucher aux taux directeurs. Considérant que le renchérissement est resté longtemps en dessous de la cible, elle souhaite désormais la voir dépasser ce seuil pendant une certaine période avant d’agir, de façon à ancrer les attentes dans ce domaine.

La bourse américaine a réagi par une légère baisse, tandis que les rendements des bonds du Trésor ont augmenté.