Objectivement, rien ne justifie une baisse du taux directeur américain. Et pourtant. Analystes et observateurs sont quasi unanimes à anticiper une telle mesure à l’issue de la réunion des gouverneurs, ces mardi et mercredi, de la Réserve fédérale américaine (Fed). «Nous nous attendons à une diminution de 0,25%, parie Thomas Costerg, économiste spécialiste des Etats-Unis chez Pictet Wealth Management à Genève. Mais nous espérons aussi que Jerome Powell, président de la Banque centrale américaine, nous expliquera les raisons de la baisse du taux directeur alors même qu’il l’avait augmenté il y a six mois.»

Lire aussi: Les banques centrales reprennent la main