Qui n’a jamais rêvé de rejouer un match de tennis? Un match où tout se joue à quelques centimètres… Cette envie, les fans de Roger Federer l’ont bien sûr ressentie après la finale du tournoi de Wimbledon en 2019, lorsque le joueur avait galvaudé deux balles de match en finale contre Novak Djokovic, avant de s’incliner plus tard au terme d’un tie-break irrespirable. Rejouer une partie, simuler de nouvelles situations, créer des matchs impossibles: désormais, l’intelligence artificielle (IA), grâce au machine learning, permet tout cela.

La semaine passée, des chercheurs de l’Université de Stanford ont présenté un système d’IA très sophistiqué, conçu bien sûr après avoir fait «avaler» à des machines des milliers d’heures de matchs de tennis. Le résultat, présenté notamment dans une vidéo de quelques minutes, est impressionnant et constitue l’une des meilleures démos d’IA.

On peut ainsi y voir des simulations très réalistes d’échanges entre Novak Djokovic et Roger Federer, dont une balle de match rejouée avec un tout autre résultat. On y voit aussi des points disputés entre Roger Federer et… Roger Federer, mais aussi entre le joueur suisse et Rafael Nadal, ou encore avec Serena Williams. Le système d’IA a analysé le comportement des joueurs, les coups préférés, leur positionnement sur le terrain – Rafael Nadal se tient par exemple plus loin de la ligne de fond de court que Roger Federer.

Les échanges sont très réalistes, mais perfectibles au niveau du contexte: le jeu d’ombres n’est pas respecté et le système d’IA n’a pas modifié les réactions des spectateurs. Il n’empêche, ce système pourra être très utile aux joueurs pour analyser leur propre jeu et se préparer pour leurs prochains matchs, mais aussi pour créer des jeux vidéo de simulation encore plus réalistes.

Le contexte est bien sûr «relativement» aisé dans le cadre d’un match de tennis, où il n’y a que deux adversaires et où il n’existe pas des milliers de configurations différentes possibles. Mais les progrès de l’IA sont tels que des simulations du même type pourraient bientôt exister pour le basket et le football, qui sait…