Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Federer arbore une tenue Uniqlo pour son premier match à Wimbledon, contre le Serbe Dušan Lajovic.
© REUTERS/Andrew Boyers

Wimbledon

Federer quitte Nike pour Uniqlo

Le Bâlois, qui a aisément battu Dušan Lajovic ce lundi, est entré sur le court central vêtu d’une tenue de l’équipementier japonais. Il met ainsi fin à son partenariat avec la marque américaine

Lundi, l’entrée en lice de Roger Federer a accouché d’un événement marquant. Il n’est pas à chercher dans le résultat – Federer a balayé le Serbe Dušan Lajovic en trois sets et 79 minutes – mais sur la tenue du Bâlois. Le logo rouge d’Uniqlo y a en effet remplacé la traditionnelle virgule noire de Nike.

Priorité à l’après-carrière

Depuis plusieurs semaines, la rumeur d’un tel transfert enflait, alors que le Suisse est arrivé en mars au terme de son contrat avec Nike. Les deux parties, liées depuis 1994, étaient en négociations depuis. Elles n’ont donc pas trouvé de terrain d’entente. Certains observateurs pensent que Federer réclamait un contrat à vie, comme ceux que Nike a offerts à LeBron James et Cristiano Ronaldo.

En conférence d’après-match, Federer a avoué avoir voulu dans un premier temps prolonger avec Nike. Mais face à leur désintérêt, il a engagé des discussions avec Uniqlo. Un choix dont il est désormais ravi: «Je suis très fier de savoir que je vais terminer ma carrière avec cette marque et, surtout, faire ma transition d’après-carrière avec eux.» La marque japonaise lui ouvre en effet un horizon de sponsoring non sportif pour son après-carrière, puisqu’elle est aussi active dans la mode vestimentaire classique.

Alors que son contrat avec Nike était estimé à 7,5 millions de dollars par an, le Times évalue son nouveau contrat à 300 millions de dollars sur dix ans. Uniqlo, qui espère implanter son premier magasin en Suisse l’année prochaine, n’a confirmé dans un communiqué publié lundi qu’une collaboration pour 2018. A en croire les déclarations de Federer, il semble bien que la collaboration soit planifiée sur du plus long terme.

Ce n’est pas la première fois que Federer opère un basculement de contrat. La dernière fois que cela s’est passé, c’était au niveau de son poignet. En 2006, Rolex avait racheté trois années du contrat que Federer avait passé avec l’horloger Maurice Lacroix. L’opération a coûté 15 millions de dollars selon SportsBusiness Daily.

Lire aussi: Roger Federer change de planète pub

Chaussures Nike, mais jusqu’à quand?

Maintenant que sa tenue est officiellement japonaise, l’interrogation demeure quant à ses chaussures. Uniqlo n’en fabriquant pas, elles sont encore estampillées Nike sur le gazon londonien. Les discussions sont en cours avec l’équipementier américain pour maintenir cet unique contrat, mais Federer a émis quelques réserves lundi quant à un tel partenariat. Certaines rumeurs évoquent déjà Adidas pour rechausser le joueur.

L’autre conséquence de ce changement de sponsor est l’abandon de la ligne «RF», que le tennisman a créée en collaboration avec Nike. La marque est pour le moment bloquée par Nike, qui en est le propriétaire, mais Federer espère la récupérer l’année prochaine et la transférer chez Uniqlo.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)