Entre 30 et 40 ans, le professionnel doit faire ses preuves. C'est une phase cruciale. Il bâtit sa crédibilité pour la suite de son parcours.

Dans ce contexte, les femmes sont particulièrement pénalisées si, pour s'occuper de leurs enfants, elles mettent la pédale douce au niveau professionnel durant cette période décisive. «Pas étonnant qu'elles peinent ensuite à faire carrière», relève Jean-Luc Jolliet, spécialiste de la gestion de carrière.

Autre écueil pour elles: la difficulté à se créer un réseau. «Le manque de visibilité des femmes provient d'un dilemme», analyse Thanh-Huyen Ballmer-Cao, professeure à l'Université de Genève et spécialiste en études genre. Soit elle se conforme à l'image de féminité que la société attend d'elle, toute de discrétion, de modestie et de dévouement. «Et du coup, elle se fait invisible.» Soit elle se donne à voir, multiplie les contacts, se fait remarquer. Ce qui la rend suspecte. «La meilleure stratégie finalement est de louvoyer entre ces deux extrêmes avec tact et feeling», ajoute la professeure, qui se dit plutôt «optimiste relativement au succès des stratégies individuelles de chacune».