Inégalités

Les femmes devront prendre congé pour faire grève

La grève des femmes prévue le 14 juin est illicite au regard de la constitution fédérale, estime dans Le Matin Dimanche Sandra Gerber, une avocate spécialisée dans le droit du travail

La plupart des employeurs publics et privés refusent de considérer la grève du 14 juin comme une manifestation autorisée, selon une enquête du Matin Dimanche. Toutefois les cantons de Vaud et du Jura déclarent la grève licite.

Les directives des 38 000 employés de la Confédération sont limpides:«Comme pour chaque absence, une absence en raison de la grève des femmes doit être convenue de manière individuelle avec l'employeur. Les besoins d'exploitation priment». «Il faut donc prendre congé ou user de son temps libre», selon le journal dominical. Mais les «unités administratives sont priées de traiter les demandes de manière bienveillante». 

A lire aussi: Grève des femmes, grève de gauche?

Les CFF «encouragent leurs cadres à autoriser les congés», selon le journal, mais, selon le porte-parole de l'entreprise, «une participation sans prendre congé serait contraire au principe de la paix du travail décrit dans notre convention collective de travail». Auprès de Coop, Tamedia et Nestlé, on attend que le personnel participe sur son temps libre. Migros est «en train de chercher des moyens symboliques pour montrer son soutien à la grève», note Le Matin Dimanche.

Manifestation ou grève?

Pour être légal, «le débrayage doit se rapporter directement aux relations de travail entre un employeur et ses employés et non pas à des motifs politiques», indique Sandra Gerber, avocate spécialisée dans le droit du travail. Il s'agit, à son avis, davantage d'une manifestation que d'une grève.

A lire aussi: Martine Gagnebin: «La grève des femmes est l'enfant du suffrage féminin»

Les employés qui n'auraient pas demandé un congé risquent un avertissement pour «une absence injustifiée, voire un abandon de poste». Elle juge toutefois le licenciement immédiat disproportionné, s'il n'y a pas eu d'avertissements préalables. 

Selon Michela Bovolenta, syndicaliste socialiste, estime que toutes les conditions sont réunies pour que la grève soit licite.

Publicité