Forum

Femmes, trois manières de vous aider à prendre en main votre accès à la direction

OPINION. Les organisations découvrent comment la diversité apporte de la valeur. Malgré cela, la proportion de femmes occupant des postes de direction reste faible; en 2018, on comptait seulement 24 femmes dirigeantes à la tête de sociétés classées au Fortune 500, écrivent Alyson Meister, professeure à l’IMD, et Mahwesh Khan, associée de recherche à l’IMD

Outre les inégalités systémiques, une étude récente révèle les préjugés inconscients auxquels les femmes sont confrontées lors de leur ascension aux postes de direction. Parmi les obstacles invisibles: le comportement et les compétences de direction des femmes sont (souvent inconsciemment) perçus et évalués différemment par rapport à ceux de leurs homologues masculins.

En règle générale, quand les gens imaginent un dirigeant, ils voient un homme blanc. La société a tendance à associer un dirigeant compétent à des traits traditionnellement masculins: la domination, l’ambition et l’agressivité. Les femmes doivent être plus chaleureuses, empathiques et avoir une vision communautaire – des traits traditionnellement féminins. Cela se traduit par une tendance naturelle à penser que «pour diriger, il faut un homme». C’est pourquoi les femmes attentionnées peuvent être perçues comme des dirigeantes moins compétentes et les femmes agressives peuvent déplaire en tant que dirigeantes, car elles vont à l’encontre de l’image que la société se fait de la femme.

A ce sujet, lire aussi: Ces entreprises qui s’efforcent de se féminiser

Trop gentille? trop dure?

En bref: une femme «trop gentille» peut être jugée trop tendre et pas «assez forte» pour diriger et une femme «trop dure» peut être jugée «pas assez gentille» et qualifiée de «femme despote», voire pire.

Cela peut représenter un immense défi pour les femmes qui souhaitent accéder aux postes de direction, car la façon dont les autres perçoivent notre compétence et notre sympathie est importante pour être identifié et promu et obtenir l’autorité informelle pour diriger. En nous basant sur notre étude, nous vous proposons trois stratégies pour vous aider à gérer cette tension:

1. Soyez consciente. La première étape est de reconnaître que ces attentes sont plus marquées pour les femmes appartenant à des organisations dominées par les hommes, pour les femmes accédant à de nouveaux postes de direction et en particulier pour les femmes enceintes. Vous avez peut-être une approche pragmatique pour diriger, une approche par laquelle vous souhaitez «passer aux choses sérieuses», mais votre équipe attend de vous que vous fassiez preuve d’empathie. Si vous êtes naturellement chaleureuse et que vous avez l’esprit de collaboration, vous pourriez être perçue comme trop «féminine» et «tendre», alors que les autres souhaiteraient plus de ténacité et d’ambition.

Restez à l’écoute de ces attentes et intégrez-les dans votre style de direction, même si cela semble injuste. Il n’est pas nécessaire de transiger entièrement sur votre style de direction naturel. En connaissant à la fois votre attitude naturelle et les attentes des personnes avec lesquelles vous travaillez, vous parviendrez à mieux équilibrer ces deux aspects en cas d’opposition ou de commentaires inattendus lors d’une évaluation des performances.

2. Faites preuve de résilience. Pour ce faire, vous, et idéalement l’ensemble de l’organisation, pouvez adopter un «mode de pensée paradoxal». L’idée est d’envisager ces situations non pas en faisant un choix, mais en conjuguant les différents aspects. Par exemple, vous pouvez à la fois être sûre de vous et empathique; vous pouvez être incisive concernant les résultats fournis par votre équipe tout en la guidant chaleureusement.

Reconnaissez le fait que les attributs féminins de votre sexe et les attributs masculins de votre rôle se marient parfaitement bien pour créer une identité forte qui révèle votre véritable personnalité. Cette approche vous aidera à accroître votre résilience et à diriger en toute confiance, sans éprouver de sentiment d’imposture.

3. Soyez proactive. Essayez différentes stratégies pour que votre qualité de dirigeante soit remarquée et appréciée au travail. En tant que femme aspirant à diriger, il est important d’établir des relations de confiance avec les partenaires et les mentors. Ce sont d’autres cadres supérieurs de l’organisation qui ont déjà «fait leurs preuves» et qui peuvent parler pour vous (et de vous) lors des conversations informelles au travail. Cela vous permettra d’accroître votre crédibilité en tant que responsable, ce qui incitera également d’autres personnes à corroborer cette image.

Essayez d’identifier rapidement les potentiels partenaires et d’entretenir ces relations tout en démontrant votre valeur dans l’organisation grâce à des résultats. N’hésitez pas à faire part de votre ambition et de votre potentiel de direction à vos partenaires de confiance. Leur appui peut vous ouvrir de nouvelles perspectives et vous aider à accéder à des ressources aussi bien au sein de l’organisation qu’en dehors de celle-ci.

Nous devons aborder un changement systémique pour réduire les attentes contradictoires qui pèsent sur les femmes dirigeantes. Cependant, en anticipant certaines des tensions les plus invisibles et en constituant votre boîte à outils psychologique et comportementale, vous pourrez exercer un plus grand contrôle sur votre carrière.

Lire également: Pourquoi les femmes ne dirigent pas de grandes multinationales

Publicité