Le groupe de presse Agefi, basé à Lausanne, a désormais la voie libre pour se recentrer dans le domaine de la santé sous un nouveau nom. Réunis en assemblée générale extraordinaire vendredi à Genève, les actionnaires ont donné leur aval, au terme de six votes aux résultats unanimes, au projet de rachat du groupe de cliniques privées Genolier Swiss Medical Network (GSMN), à Signy (VD) (lire LT des 25 octobre et 2 novembre). Le groupe arbore désormais le nom d'Agen Holding.

L'intérêt des actionnaires pour cette réunion a cependant été des plus modérés: 19,75% seulement des voix étaient représentées, dont un minuscule 2,4% si l'on exclut les organes de la société. Selon les données de la Bourse suisse, Alain Fabarez, président intérimaire d'Agen, détient 16,66% du capital.

Le prix total de la transaction se monte à 100 millions de francs. Il sera payé en espèces pour 35 millions et en actions Agen pour le solde. Le groupe procédera à deux augmentations de capital pour mener à bien cet achat. La première verra l'émission de 2,1 millions d'actions nouvelles, qui s'ajouteront aux quelque 840000 titres existants, et seront offertes en priorité aux actionnaires existants selon un prix qui sera déterminé au plus tard la veille de l'émission. Selon Antoine Hubert, président du directoire de GSMN, le prospectus devrait être publié en fin de semaine prochaine.

Cliniques en réorganisation

Cette augmentation permettra de réunir les 35 millions de francs nécessaires à l'acquisition de trois cliniques du GSMN, Montchoisi à Lausanne, Sainte-Anne-Garcia à Fribourg et Valmont à Montreux. Celles-ci doivent dégager un chiffre d'affaires cumulé de 40,5 millions de francs environ cette année pour une marge opérationnelle «inférieure à 20%, du fait de réorganisations entreprises l'an dernier et cette année», selon Antoine Hubert. Ces cliniques ont été acquises par GSMN depuis 2002.

La seconde augmentation de capital, de 2,6 millions d'actions, servira à acquérir la clinique de Genolier par un échange d'actions valorisant l'institution hospitalière de La Côte à 65 millions de francs. Le chiffre d'affaires du «vaisseau amiral du groupe», comme le qualifie Antoine Hubert, doit atteindre 66 millions cette année pour une rentabilité opérationnelle «supérieure à 20%», selon son directeur. La marge EBIT est cependant plus faible, 9,5% prévus pour l'exercice 2007. Selon Antoine Hubert, le bénéfice net prévu pour cette année se situera entre 2 et 2,5 millions de francs du fait de l'amortissement du parc immobilier. Ce dernier est cependant exclu de la transaction.

Le prix moyen de chaque action Agefi pour la transaction a été déterminé à 25 francs, «le niveau du cours moyen du titre lors de la phase de négociation», selon une précision apportée par Robert Pennone, administrateur d'Agen. La différence entre le prix de vente des titres aux investisseurs et le prix payé pour l'achat des cliniques alimentera la trésorerie du groupe.

Rabais de 10%

Le prix valorise le groupe GSMN à 7,1 fois le résultat avant intérêts, impôts et amortissements (EBITDA), qui doit s'élever à 14 millions de francs cette année pour un chiffre d'affaires consolidé attendu entre 105 et 110 millions de francs.

Altium Capital, mandaté pour calculer la valeur des cliniques, part d'un multiple de 7,8 fois l'EBITDA moyen des exercices 2005 à 2007 (14 millions de francs) pour déterminer une valeur du groupe franche de dette de 109,2 millions de francs. En ajoutant 1,2 million de francs de liquidités nettes, GSMN vaut ainsi 110,4 millions. GSMN a donc accepté de vendre son groupe avec un rabais de 10% environ.

Selon Antoine Hubert, l'intérêt de l'opération pour son groupe est d'«avancer de un ou deux ans» une cotation en Bourse et de «s'épargner des coûts de 3 à 5 millions de francs» qu'aurait occasionnés une introduction traditionnelle.