Nouvelles promesses d’Athènes

Athènes veut faire des efforts par rapport aux 11,5 milliards d’euros d’économies à réaliser en 2013-2014. Selon le quotidien Kathimerini de mercredi, le ministère de l’Emploi compte réduire son budget de 4 milliards, en plafonnant les pensions ainsi qu’en réduisant les retraites de 23%. La veille, le gouvernement avait annoncé la fusion ou la suppression d’une vingtaine d’entreprises d’Etat. Enfin, le ministère des Finances a relevé son objectif de collecte d’impôts à 6,5 milliards d’euros cette année, contre un précédent objectif de 5,1 milliards. La presse grecque annonce également le démantèlement d’une piscine dans une prison, aménagée pour le personnel. En revanche, Kathimerini fait état d’un plan pour acquérir 700 véhicules pour l’armée.

Places financières

La Commission européenne a jugé mercredi le plan de recapitalisation des banques espagnoles conforme aux règles sur les aides d’Etat. Ce feu vert technique a permis aux places boursières de ne pas vivre une nouvelle journée de baisse. Dans le sillage de cette annonce, les taux des obligations européennes ont un peu fléchi. Les taux espagnols, qui avaient atteint 7,7% à dix ans (un record) dans la matinée, sont retombés en dessous de 7,4%.

La France veut une application rapide des décisions de l’UE

Les Etats doivent avoir une réactivité «à peu près équivalente» à celle qu’ont aujourd’hui les marchés. Tel est l’avis du président français François Hollande qui, selon son porte-parole, a exigé que les décisions prises au dernier sommet européen, le 28 juin, soient rapidement mises en exécution. Celles-ci concernent le plan sur la croissance et les soutiens aux pays en difficulté.

Le FESF rejette la menace de Moody’s

Le Fonds européen de stabilité financière est un émetteur de confiance, a assuré son patron, Klaus Regling, après que Moody’s l’a menacé de le priver de son triple A. Il a rappelé que sa dernière émission de 1,5 milliard d’euros à six mois a été faite à un taux négatif. L’agence de notation explique sa décision par la fragilité de l’Allemagne et de la France.

Taux plancher record pour une émission allemande

Berlin a émis mercredi une nouvelle obligation à 30 ans au taux extrêmement bas de 2,17%, un niveau record, deux jours après que Moody’s a abaissé la perspective de la note allemande à «négative». L’Agence financière proposait 3 milliards d’euros à échéance en juillet 2044.