Pas de nouveau sommet

Le chef du gouvernement italien, Mario Monti, a indiqué lundi, à l’issue d’entretiens avec le président russe, Vladimir Poutine, à Sotchi, qu’il ne voyait aucune raison d’organiser d’urgence un nouveau sommet de la zone euro, en dépit de nouvelles craintes des marchés sur la capacité de l’Espagne à maîtriser son déficit et le soutien européen à la Grèce. L’Espagne est au cœur des préoccupations des investisseurs qui craignent que la quatrième économie de la zone euro ne soit dans l’obligation de demander une aide financière globale et non plus seulement pour ses banques.

La dette publique augmente

La dette publique de la zone euro a continué d’augmenter au premier trimestre 2012 pour atteindre 88,2% du PIB contre 87,3% à la fin du quatrième trimestre 2011, selon l’Eurostat.

Syriza s’oppose aux nouvelles mesures d’austérité en Grèce

L’adoption des mesures supplémentaires de rigueur réclamées par l’UE et le FMI serait «une aberration» et conduirait à «un krach social» en Grèce, a estimé Alexis Tsipras, chef de la gauche radicale Syriza, principal parti d’opposition.

L’Allemagne prend ses distances vis-à-vis d’Athènes

Le gouvernement allemand a dit lundi hésiter entre espoir et scepticisme concernant les capacités de la Grèce à tenir ses engagements vis-à-vis de ses créanciers internationaux, tout en continuant à afficher son intransigeance.