La compagnie autrichienne Austrian Airlines (AUA), filiale de l'allemand Lufthansa, va bénéficier d'un plan de sauvetage de 600 millions d'euros, dont 450 millions de soutien public, afin de surmonter l'impact de l'épidémie de Covid-19, selon plusieurs médias autrichiens lundi.

Le gouvernement a annoncé une conférence de presse en fin d'après-midi sur un accord trouvé au terme de plusieurs semaines de négociations avec Lufthansa. Le groupe allemand participera à hauteur de 150 millions d'euros à ce plan, selon les mêmes sources.

300 millions de prêts

L'aide publique sera composée de 300 millions de prêts garantis par l'Etat autrichien et de 150 millions de subventions directes. L'Autriche n'entrera pas au capital d'AUA ni de Lufthansa, précisent les médias autrichiens.

L'aide négociée par AUA entrait dans le cadre des discussions plus larges menées jusqu'à récemment par sa maison-mère avec l'Etat allemand. Un accord a finalement été trouvé sur un plan de sauvetage de 9 milliards d'euros pour le premier groupe aérien européen.

Ce plan, qui prévoit que l'Etat allemand devienne le premier actionnaire de la compagnie, avec 20% du capital et deux sièges au conseil de surveillance, doit encore être approuvé par les actionnaires.

A ce sujet: Lufthansa et le gouvernement allemand ont conclu un accord de sauvetage à 9 milliards

Réduction de la flotte de 25%

Austrian Airlines a prévu de reprendre très progressivement ses vols le 15 juin après trois mois d'interruption de son service régulier. La compagnie autrichienne a dit ne pas espérer avant 2023 un retour de la demande à un niveau comparable à celui qui précédait la crise sanitaire.

AUA, qui emploie près de 7000 salariés, a prévu de réduire de 25% de sa flotte à l'horizon 2022.

Plus d'un milliard pour Swiss

En Suisse, les Chambres ont voté début mai une enveloppe pour le secteur de 1,9 milliard, dont 1,2 pour Swiss et Edelweiss. En Belgique, Brussels Airlines, elle aussi filiale de Lufthansa, demande 290 millions d'euros.

A ce sujet: L’aide publique au secteur aérien échappe à un référendum