Jeudi matin, les directions de Filtrona et de Baumgartner ont aisément renouvelé le bail à loyer de l'usine de Crissier (VD), dont le groupe vaudois possède toujours les murs. Dans un communiqué, Filtrona Suisse précise que la reconduction prendra effet le 11 avril 2005, pour deux ans, avec une extension possible de 12 mois supplémentaires. Aucun autre commentaire n'a pu être obtenu.

La direction du fabricant de cigarette avait ces dernières semaines prétexté le renouvellement de ce bail pour repousser les négociations que demandait le personnel. Filtrona n'a pourtant discuté que la durée du bail qui, pour ce type de contrat, court souvent sur cinq ans. Le niveau du loyer n'a en particulier pas fait l'objet de négociation. Il est resté conforme aux conditions cadres fixées lors du rachat du site, en septembre 2003.

Les quelque 150 employés, qui craignent pour l'avenir du site dont une partie a été démantelée, souhaitent obtenir un nouveau contrat de travail, accompagné d'un plan social. Le texte actuel arrive à échéance le 31 décembre. Ils attendent également un signe clair d'engagement, ou de retrait, de la part des Anglais. Jeudi, la direction de Filtrona leur a adressé un nouveau courrier demandant de reprendre le travail.

A Crissier, si la reconduction du bail a été accueillie comme un «signe positif», selon Denise Chervet, du syndicat Comedia, elle ne constitue pas pour autant «une garantie totale». La syndicaliste aborde néanmoins la prochaine séance à l'office de conciliation, prévue samedi matin, «avec espoir».

Hier, avant de prendre connaissance du renouvellement du bail, les grévistes ont reconduit leur mouvement jusqu'à aujourd'hui à 13 heures. Ils ont également reçu un nouvel appui: 69 parlementaires fédéraux ont signé un texte dans lequel ils estiment leur combat «juste et nécessaire». Le renouvellement du bail pourrait peser sur l'assemblée de ce jour. Un ouvrier reconnaît avoir «peur du vote d'aujourd'hui».