Dermatologie

Fin de l’aventure entre Galderma et Nestlé. Et ensuite?

Acquise par la multinationale veveysanne cinq ans plus tôt, la filiale dermatologique redevient une société à part entière. Nestlé, de son côté, poursuit son recentrage stratégique

Elle reprend son indépendance et son nom de jeune fille. Cinq ans après son acquisition par Nestlé, Nestlé Skin Health redevient Galderma. Les termes de la séparation ont été détaillés mercredi, avec l’annonce de la finalisation de la vente pour 10,2 milliards de francs. L’acheteur: un consortium mené par la société d’investissement suédoise EQT et le fonds souverain émirati Adia, rappelle Nestlé dans un bref communiqué. Galderma, sous sa forme nouvelle de société non cotée, ambitionne désormais de devenir leader sur le marché de la dermatologie, annonce-t-elle dans un communiqué distinct, assurant au passage du maintien de son siège à Lausanne.

Connue du grand public en Suisse pour ses crèmes solaires de la marque Daylong, Galderma se dote d’une équipe de direction profilée santé, avec aux commandes de l’exécutif et des finances Flemming Ornskov et Thomas Dittrich, tous deux transfuges de la biotech britannique Shire, spécialisée dans les maladies rares. La présidence et la vice-présidence sont attribuées à Thomas Ebeling (ex-Novartis) et Sheri McCoy (ex-Johnson & Johnson). Stuart Raetzman, qui dirigeait Nestlé Skin Health depuis trois ans, conserve un poste d’administrateur.