Montres

Fin de partie pour la marque horlogère Klokers

L’entreprise française, qui se distinguait par ses cadrans tournants, met la clé sous la porte

Petit à petit, elle s’était fait un nom dans l’industrie horlogère suisse. Klokers, marque française arrivée de nulle part en 2015, a annoncé mercredi dans un communiqué que son «aventure prenait fin».

«Nous souhaitons être transparents et vous informons que Klokers se trouve aujourd’hui dans une situation compliquée», pourrons-nous lire dans le communiqué de presse. Ce dernier se conclut par un sobre «nous avons tout mis en œuvre au cours des derniers mois pour poursuivre cette merveilleuse aventure, mais nous sommes au regret de vous annoncer la cessation de notre activité à compter du 2 juillet 2019».

Selon nos informations, malgré son départ en fanfare il y a cinq ans, la marque serait simplement arrivée à court de liquidités, ses dirigeants quittant la barque successivement ces derniers mois. Contactée, Klokers n’a pas répondu aux questions du Temps.

Lire aussi: Klokers, la montre sans aiguilles (01.11.2018)

Klokers avait réussi un vrai tour de force lors de son arrivée sur le marché. En effet, elle avait été l’une des premières à tenter l’aventure du financement participatif. En quelques heures, elle avait récolté des centaines de milliers de francs sur Kickstarter, ce qui avait sonné le coup d’envoi d’une vague horlogère sur ces sites de levées de fonds. Vague qui se poursuit encore aujourd’hui au rythme d’une ou deux nouvelles marques qui, chaque semaine, tentent leur chance.

Lire aussi: Des milliers de montres naissent en ligne

Modèles «Swiss made»

Les montres Klokers, vendues quelques centaines de francs, avaient pour elles une vraie originalité. Le Temps les décrivait en 2018 comme «suffisamment compliquées pour attirer le regard et le retenir quelques instants, mais suffisamment simples pour que l’on comprenne en un coup d’œil comment elles fonctionnent». En un mot, leur cadran répliquait le design des règles à calcul des années 1970.

La marque était certes française – fondée initialement par Richard Piras et Nicolas Boutherin – mais les pièces étaient «Swiss made», assemblées aux Breuleux (JU) avec des mouvements quartz Ronda.

Publicité