Après une décennie de politiques monétaires non conventionnelles, les banques centrales cumulent aujourd’hui environ 30 000 milliards de dollars d’actifs sur leurs bilans, près de 10% de tous les titres financiers du monde. C’est le résultat d’une succession de programmes d’assouplissements quantitatifs, de gargantuesques opérations d’achats d’actifs avec pour contrepartie une injection sans précédent de monnaie dans le système financier. En faisant passer son bilan de 100 à 800 milliards de francs, la Banque nationale suisse (BNS) a allègrement participé à l’aventure.