Yves Bouvier a remporté une victoire importante à Monaco. Le marchand d’art avait déposé, il y a un an, une requête en nullité portant sur la procédure d’un des volets de l’affaire qui l’oppose depuis bientôt cinq ans au Russe Dmitri Rybolovlev, résident monégasque. L’arrestation du Genevois à Monaco, en février 2015, les investigations et l’instruction qui avaient mené à son inculpation étaient frappées d’une tare, affirmait-il: la trop grande proximité entre les appareils policier et judiciaire monégasques et Dmitri Rybolovlev, le client auquel il avait vendu 38 toiles de maîtres et avec lequel il était en conflit. Le Russe le soupçonne d’avoir surfacturé les tableaux pour des centaines de millions de francs, ce que le Genevois conteste.

Le droit d’Yves Bouvier à un procès équitable était irrémédiablement entaché par cette contiguïté, estimait-il. «Le manque d’impartialité constant d’acteurs clés de la justice a gangrené, dès le premier jour, l’ensemble de l’instruction», disait-il au Temps en novembre 2018.