Les difficiles conditions du marché provoquées par la crise sanitaire ont suscité de profondes réflexions existentielles et revalorisé la valeur des pratiques commerciales durables. Résultat: un changement sismique dans la manière d’allouer le capital dû à l’intérêt accru des investisseurs pour une croissance durable.

Lire aussi: Guillaume Taylor: «La finance durable doit redéfinir la responsabilité collective»