L’investissement durable, gagnant de la crise? Les placements qui respectent les critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) ont longtemps été perçus comme un instrument destiné à se donner bonne conscience, avant de devenir un outil de gestion des risques. Ils deviennent désormais presque un produit de première nécessité pour l’investisseur. Vus simplement comme un «investissement durable», ils sont de plus en plus considérés comme une «création de valeur durable», souligne Thomas Trsan, spécialiste de l’ESG et de l’impact investing chez Vontobel.

Jusqu’ici, leur performance n’était en tout cas pas moins bonne, mais leur volatilité était inférieure. Désormais, ils se démarquent avec les rendements aussi. «Les indices ESG pour les actions internationales, qui doivent offrir une même performance en termes de risque et de rendement que les indices classiques, ont fait la même chose, voire les ont battus. C’est une bonne nouvelle, car il s’agissait de leur premier test grandeur nature», estime Jean Niklas, responsable des investissements en actions de la Banque cantonale vaudoise. L’intérêt pour ce type de placement va continuer: «Ce n’est plus un effet de mode, c’est une tendance lourde qui va continuer», assure-t-il.